Animint

  Anime & manga

 
 

Denno Coil

Denno Coil
 

Connectez-vous pour noter ou commenter cette entrée et bénéficier de recommandations personnalisées!

Fiche technique

Autres titres 電脳コイル (japonais)
FormatSérie
StudioMadhouse
GenreScience Fiction
Période2007
Épisodes26
Durée25 min
Interêt global   aidecoeur2.gif
StaffAuteur : Mitsuo Iso
Réalisation : Mitsuo Iso
Scénario : Mitsuo Iso
Character design : Takeshi Honda
Direction artistique : Hiroshi Groku
Musique : Tsuneyoshi Saito

Résumé

Yûko Okonogi et sa famille emménagent dans la ville de Daikoku City, où son père travaille désormais. La ville est à la pointe du progrès et abrite tout un monde virtuel. Grâce à la révolution numérique qui continue, les habitants possèdent des lunettes spéciales qui leur permettent de voir les éléments virtuels qui se superposent au monde réel. Les lunettes permettent de se connecter directement à l'internet ou à téléphoner, rien qu'en mimant avec les mains la forme d'un téléphone. Elles réagissent aux gestes de leur propriétaire pour déclencher des commandes, faire apparaître des écrans ou des claviers holographiques.

Dès le premier jour, Yûko est confrontée à un phénomène anormal, à savoir la présence d'un espace obsolète, un environnement instable de la matrice numérique où peuvent surgir des virus et des programmes illégaux. Malheureusement pour elle, son chien virtuel, Densuke s'aventure et disparaît dans un espace obsolète et elle ignore comment le récupérer. Yûko fait alors connaissance de Fumie, qui l'aide à retrouver son chien et qui l'initie en même temps aux règles de la ville et à quelques techniques à la limite de la légalité. Fumie est excitée par tout ce qui concerne les programmes illégaux et les légendes urbaines qui gravitent autour.

Fumie se ravitaille en items interdits auprès d'une vieille dame, Megabaa qui n'est autre que la grand-mère de Yûko. Celle-ci a formé un groupe de boy-scouts, qu'elle alimente gracieusement mais qui doivent mener des enquêtes pour son compte. Yûko se retrouve enrôler dans l'agence d'investigation de Megabaa.

En dernière année de l'école élémentaire où elle entre, Yûko retrouve Fumie dans sa classe et fait connaissance avec ses autres camarades, dont Kenichi Harakawa, dit Haraken, président de club de biologie mais également membre de l'équipe montée par Megabaa. Le garçon est réservé et très gentil mais il cache une grande souffrance par rapport à un événement survenu l'année précédente, que Yûko finit par découvrir à force de le fréquenter.

Quelques temps après l'arrivée de Yûko, une autre élève est transférée dans la classe. Il s'agit d'une autre Yûko, Yûko Amasawa. La nouvelle élève se montre antipathique avec tout le monde, tout en fascinant tous les autres enfants car son niveau de maîtrise des techniques informatiques est impressionnant. Là où les autres doivent manoeuvrer manuellement pour lancer de petites attaques cyber conventionnelles à renfort d'items payés le prix fort, Amasawa semble pouvoir contre attaquer avec des armes de destruction massives, rien qu'avec la pensée.

Amasawa attire l'attention des adultes et des autorités de la ville. Premièrement, ils ne voient pas d'un bon oeil ses tentatives pour capturer des entités illégales, une activité dangereuse et interdite, les illégaux étant quelque chose de non maîtrisés par nature. Ensuite, ils sont intrigués par l'objectif final de cette fille surdouée et secrète.

Le hasard fait que les deux Yûko se croisent à de multiples reprises, sans qu'elles n'aient de véritable rapport direct entre elles. Cependant, Okonogi finit par découvrir qu'un vague souvenir de son passé a un rapport avec l'un de ses mystères que cache Amasawa.

Autres ressources sur Animint

Recherches sur le net

Google: denno coil
Voilà: denno coil
Bing: denno coil
Wikipédia: denno coil
Popularité parmi les membres d'Animint
1 personne l'a vu
2 personnes souhaitent le voir
1 personne l'a dans sa collection

Commentaire

Mistuo Iso n'avait pas jusqu'à présent la charge de la réalisation d'une série complète mais c'est un animateur confirmé qui a participé à des projets exceptionnels. Vous pouvez voir son nom apparaître dans les crédits de Porco Rosso, Ghost in The Shell, Blood, Neon Genesis Evangelion, Roujin Z, Omohide Poroporo, FLCL ou encore Umi ga Kikoeru. Autant dire que c'est un sacré curriculum vitae, avec également quelque expérience de réalisation car il a dirigé le quinzième épisode de Rahxephon, une autre série de haute facture.

Mitsuo Iso est à l'origine du concept de Dennô Coil dont il signe le scénario et la réalisation. Bien que moins médiatisée que d'autres titres, la série est notre sens une des réalisations majeures de 2007 dans le paysage audiovisuel japonais. D'un part, par l'excellente qualité technique. Le diffuseur, la N.H.K., n'a pas lésiné pour y mettre le prix et nous nous retrouvons avec un anime d'une rare fluidité, qui est passé à une heure de grande écoute, pour une fois. Les traits sont passablement épurés et c'est beaucoup moins tape à l'oeil que Serei no Moribito et ses magnifiques paysages mais c'est plusieurs crans au-dessus que les séries proposés sur les autres chaînes hertziennes.

Dennô Coil est un vivier d'originalités, avec tous les détails apportés par le concept de monde virtuel. Certes, ce n'est pas le premier anime à aborder le sujet et les connaisseurs feront immédiatement un parallèle avec Serial Experiments Lain, où pullulent de nombreuses références au monde informatique. Si ce n'est ses figures astucieuses de l'esprit et la profondeur des réflexions philosophiques qu'elle soulève, la série Lain a le défaut d'être affreusement rébarbatif pour le commun des spectateurs. D'autre part, Lain commence à dater et plusieurs concepts liés à l'internet ou aux jeux de rôle en ligne massivement multi joueur n'existaient pas encore à l'époque.

Dennô Coil se repositionne à partir des connaissances en 2007 et à partir de là, se projette dans le futur en pensant aux utilisations quotidiennes et ludiques des nouvelles technologies. Nous retrouvons le principe de collection d'objets et de trocs pour obtenir un élément huppé, ou bien encore le coût élevé pour obtenir l'item de la mort qui tue. Les notions de firewall et de virus, maintenant vulgarisées, nous les voyons apparaître sous forme de murs holographiques ou de gangrène noire sur les objets contaminés.

Une bonne moitié de la série végète dans les différentes utilisations du monde virtuel et des différentes règles qui le régissent. L'histoire reste celles d'adolescents en sixième qui se chamaillent et nous ne pouvons pas dire que le niveau vole très haut, même si cela reste divertissant et intéressant en terme de concept. Dans la couche virtuelle, les enfants lancent des rayons laser à partir de leur lunette ou bien nous retrouvons les fameux parchemins magiques envoyé d'habitude par des exorcistes, qui sont cette fois-ci des patches. Chaque dérive imaginaire dans le monde des hologrammes se raccroche quand même à une réalité. Au début, le plus grand impact entre le virtuel et le monde réel réside dans le dérèglement des feux de signalisation dans la rue, qui est à l'origine d'un accident.

Au fur et à mesure, la limite entre le virtuel et le réel devient le thème central de l'anime. Dans la deuxième partie de la série, une fois que nous sommes habitués aux nouveaux concepts un fil conducteur général se dessine et les dix derniers épisodes deviennent sublimes avec un suspense haletant et une grosse charge émotionnelle.

Plus que la technologie, les personnages ont une importance capitale dans le récit, sans que nous ayons des portraits extrêmes de personnages tête à claques. Le fait d'avoir des gamins nuit sans doute à élever le débat par moment mais l'atmosphère reste juste comme il faut, partagé entre les moments amusants et des instants plus graves, qui sonnent justement plus vrais lorsque des enfants sont touchés que si cela avait été des adolescents plus âgés.

L'autre grande prouesse à nos yeux est d'aboutir à un dénouement qui se tient, quasiment terre à terre sans se perdre dans des théories fumeuses et des délires métaphysiques, où tout concept réel est dépassé.

Avis des membres d'Animint

Appréciation Générale : 3,3
Animation : 3,5
Graphisme : 2,5
Personnages : 3,0
Histoire : 3,5
Bande son : 3,0

Entrez vos notes

Nombre de votes : 3

↑ Haut de page