Animint

  Anime & manga

 
 

Omohide Poroporo

Omohide Poroporo
 

Connectez-vous pour noter ou commenter cette entrée et bénéficier de recommandations personnalisées!

Fiche technique

Autres titres おもひでぽろぽろ (japonais)
Only Yesterday (français)
FormatFilm
StudioGhibli
GenreTranche de vie
Période1991
Durée118 min
Interêt global   aidecoeur3.gif
StaffRéalisation : Isao Takahata
Character design : Yoshifumi Kond
Direction artistique : Nizô Yamamoto

Résumé

Taeko, une jeune femme de vingr sept ans, profite de ses vacances pour quitter Tokyo et aller à la campagne, à Yamagata chez des amis paysans. Elle compte participer à la cueillette des benibana, des fleurs dont les pétales servent à produire un colorant naturel. Cette culture traditionnelle devient un peu insolite en 1982, année à laquelle se déroule le récit.

Pendant le voyage vers Yamagata et à diverses occasions, Taeko se rémémore des souvenirs de son enfance, à l'époque des années soixante, alors qu'elle n'était qu'en primaire. Nous replongeons aussi dans un monde radicalement différent où sont relatés les petits évènements de la vie de la jeune femme. Cela va du premier amour à la présentation d'une pièce de théâtre en passant par la dégustation d'un ananas.

Editions en France

DVD chez Buena Vista - Collection complète
Blu-Ray chez Buena Vista - Collection complète

Recherches sur le net

Popularité parmi les membres d'Animint
4 personnes l'ont vu
3 personnes souhaitent le voir
6 personnes l'ont dans leur collection

Commentaire

Contrairement à Tenkuu no shiro Laputa ou Tonari no Totoro, Omohide Poroporo est un film que vous suiverez très difficilement si vous ne comprenez pas les répliques des personnages. Le rythme de l'histoire est en effet très lent et s'assimile plutôt à une série de discussions tranquilles qui nous plongent dans des flash back, pour revivre l'enfance de Taeko. Ces retours vers le passé répondent souvent à des situations présentes. Par exemple, Taeko se souvient de sa première rencontre avec un de ses petit camarades qui lui plaisait, juste après que sa mère lui rappelle qu'elle a vingt sept ans et qu'elle n'est toujours pas marriée. A un autre moment, son hôtesse à la campagne est harcelée par sa fille qui réclame des chaussures de marque Puma. Taeko raconte alors à l'adolescente un de ses propres caprices vingt ans avant.

Le film nous fait découvrir progressivement toute les facettes du personnage principal. Certains reprochent à Taeko de se cantonner dans le passé mais en faisant ressurgir ces souvenirs, elle commence à s'interroger sur son présent sans vraiment sans apercevoir. Elle prend plaisir à discuter avec Toshio, un jeune agriculteur célibataire un peu gauche et elle se met à louer les bienfaits de la campagne.

L'évolution et la prise de conscience de Taeko est un élément moteur de ce long métrage mais le principal intérêt est sans doute la façon dont sont montrées les deux époques auxquelles se déroule le récit. Dans Il était une fois l'homme, cet excellent dessin animé éducatif sur l'histoire de l'humanité, l'auteur, Albert Barillé, a considéré qu'il est facile de parler des grands hommes et des grandes batailles. Son challenge a été de pouvoir raconter l'Histoire à travers la vie quotidienne d'un quidam du moment. C'est la même chose dans Omohide Poroporo. Nous avons une vision très complète de ce qu'a été l'environnement des japonais en 1982 et surtout en 1966. Les thèmes de l'école, les spectacles et la famille sont passés en revue. Nous sentons que le comportement des gens et leurs valeurs sont sensiblement différents entre les deux dates. Il existe sans cesse des références précises qui rendent complexe la compréhension totale de l'anime. Peu d'occidentaux connaissent en effet les personnages pour enfants qui passaient à la télévision dans les années soixante ou bien encore l'idole que vénère la grande soeur de Taeko à cette époque. Si vous tenez à tout comprendre, sachez qu'il existe des traductions disponibles sur internet avec des notes qui expliquent ce genre de détails. C'est un peu le même état d'esprit de rigueur vis à vis de la réalité que celui qu'anime une autre réalisation des studios Ghibli, Umi Ga Kikoeru.

De tous les films de Ghibli qui l'ont précédé, Omohide Poroporo est peut être celui qui contient les plus beaux paysages. Le champ de benibana au soleil est sublime. Cependant, parallèlement à son style hyper réaliste, cet anime comporte aussi plusieurs séquences fantastiques qui illustrent l'imaginaire de Taeko, enfant. Le générique de fin, accompagné par une version japonaise de The Rose, devient même un mini conte qui conclut admirablement ce film.

Avis des membres d'Animint

Appréciation Générale : 4,2
Animation : 4,7
Graphisme : 4,7
Personnages : 3,7
Histoire : 3,3
Bande son : 4,0

Entrez vos notes

Nombre de votes : 10

↑ Haut de page