Animint

  Anime & manga

 
 

Serial Experiments Lain

Serial Experiments Lain
 

Connectez-vous pour noter ou commenter cette entrée et bénéficier de recommandations personnalisées!

Fiche technique

Autres titres Lain (franšais)
FormatSérie
StudioAIC / Pioneer / Triangle Staff
Période1998
Épisodes13
Durée20 min
Interêt global   aidecoeur1.gif
StaffRéalisation : Ryutaro Nakamura
Character design : Yoshitoshi Abe , Takahiro Kishida
Direction artistique : Masaru Sat˘
Musique : Reiichi CHABO Nakaido

Résumé

L'action de Lain se déroule dans un Japon à peu près contemporain ("Present day, present time"), mais où les technologies informatiques sont plus évoluées qu'en réalité. Le point de départ de l'histoire est le suicide d'une jeune fille, Chisa Yomoda. Dans les jours qui suivent sa mort, certaines de ses camarades de classe reçoivent pourtant des e-mails semblant avoir été envoyés par la défunte.

L'héroïne de la série, Lain Iwakura, une collégienne de 14 ans, tout d'abord assez ignorante en informatique, est interrogée par ses amies pour savoir si elle aussi a reçu un tel e-mail. Elle se connecte donc ce soir-là pour s'apercevoir qu'elle aussi a reçu un message de Chisa. A partir de ce moment, Lain va progressivement entrer dans ce monde parallèle qu'est le Réseau ("The Wired"), mais de nombreux mystères surgissent. Nous apprenons bientôt qu'une autre fille, ressemblant très fortement à Lain, mais avec une personnalité opposée, existe à la fois sur le Wired et dans le monde réel.

Editions en France

K7 chez Dybex - Collection complète plus éditée
Coffret DVD chez Dybex - Collection complète
Coffret DVD chez Dybex - Collection complète
Coffret DVD chez Dybex - Collection complète

Recherches sur le net

Popularité parmi les membres d'Animint
2 personnes ont abandonné
4 personnes l'ont vu
3 personnes souhaitent le voir
4 personnes l'ont dans leur collection

Commentaire

Comme l'indique le titre du premier épisode (Weird , dont on peut noter qu'il est l'anagramme de Wired), cette série paraît étrange, et il est assez difficile de comprendre tout ce qui se passe. En effet, ce que nous voyons n'est pas seulement l'aspect objectif des choses, mais également des scènes plus subjectives (les "visions" auditives ou visuelles de Lain par exemple) ou mettant en scènes des événements se déroulant dans le Wired. Il y a également des messages d'origine inconnue qui apparaissent régulièrement pour ponctuer l'histoire. Le monde présenté dans cette série a beau ressembler au nôtre, il est bien plus oppressant et mystérieux. Les fils électriques omniprésents dans les rues créent un bourdonnement constant, et Lain parvient même à entendre des phrases par leur biais. Non seulement l'héroïne se sent surveillée par des Hommes en Noir, mais sa famille se comporte de manière de plus en plus étrange... Le Wired semble, lui, être dominé par un groupe de hackers appelé "The Knights", dont les mobiles sont également flous. Ce qu'on pensait être la réalité perd de son sens à mesure que nous avançons dans l'histoire.

Un des principaux thèmes abordés est celui du rapport qui existe entre le vrai monde et le Wired. Ils sont d'abord bien séparés, mais de nombreuses intéractions semblent commencer à apparaître. Cette coexistence des deux mondes pose aussi le problème de l'identité, véritable sujet principal de la série. Lain existe-t-elle vraiment ? Quelle est sa vraie personnalité ? La série évoque aussi la religion (Dieu est-il sur le Wired ?), et les complots (y compris des références à Roswell).

Tous ces ingrédients présents dès les premiers épisodes de la série donnent très envie de voir la suite. Malheureusement celle-ci est, à notre goût, assez décevante. Les lieux sont à peu près toujours les mêmes, et les situations se ressemblent. De nouveaux personnages apparaissent et disparaissent de manière assez artificielle, pendant que l'intrigue concernant Lain n'évolue que lentement.

Des anime qui traitent des conséquences de la technique sur notre monde, voire de ses dérapages, il en existe bien d'autres. Parmi eux, nous pouvons citer Pat Labor, Pat Labor 2, Gunnm, AD Police, Memories ou encore Ghost in The Shell. Serial Experiments Lain se rapproche plus de la série d'OAVs, Key The Metal Idol, où il est aussi question de la véritable nature de l'héroïne qui oscille entre une humaine et un robot. Comme Key, Lain pêche par son côté démagogue vers la fin en tenant à nous expliquer par exemple comment la frontière entre le virtuel et la réalité a pu tomber. Cependant, la fin y est beaucoup plus subtile.

Dans Key, tout est éclairci dans les cent cinquante dernières minutes, ce qui est long à suivre, comme nous avons droit à très peu d'histoire et à énormément d'explications jusqu'à la fin. Même si elle est plus rapide, la démarche est un peu la même dans Lain, mais autant nous arrivons dans Key à une fin normale, une fin très fermée, autant dans Lain, la fin est plus dérangeante, tout au moins plus surprenante. Cette fin est d'ailleurs optimiste, par rapport à l'ambiance glauque qui nous envahit tout au long des épisodes.

Cela dérange sans doute parce que Lain repose sur un univers informatique très crédible. Les autres anime font beaucoup plus futuristes et n'empruntent que des concepts au monde actuel, pas les détails. Il est assez dur de s'imaginer un univers réel où les hommes seront cybertisés comme dans Ghost in The Shell, ou bien de se dire qu'il y aura peut être des robots géants comme dans Pat Labor. Lain se contente de faire progresser la puissance des ordinateurs, puis s'amuse à incruster des myriades de références informatiques actuelles. Simple exemple parmi d'autres, le Be de To Be continued à la fin des épisodes, se rapproche du Be du système d'exploitation BeOs. Le texte "Present day...Present Time" apparait avant chaque épisode de Lain pour nous rappeler que l'histoire aussi imaginaire soit elle, prend ses racines dans notre époque.

Une grande partie de l'intrigue repose sur le protocole 7, que les spécialistes rapprocheront tout de suite du protocole IPv6, la future version réelle du protocole IP. Le protocole 7 apparait donc comme la suite logique et naturelle de l'évolution d'IP. Quand vous saurez ce qu'il referme, cette évolution naturelle vous dérangera sans doute, à votre tour.

Commentaire

Il y a aussi des clins d'oeil a Apple.
- "Thinks differant"
- Copland (Systeme abandonné par Apple)
- des pomme sur les navi
- ...

Soumis par Krynn le 23 juillet 2003

Commentaire

Une série vraiment passionnante, qui aborde effectivement une réflexion poussée et intéressante sur la frontière entre le réel et l'imaginaire, sur l'être humain et les possibilités infinies de la création (plusieurs fois, on évoque dans l'anime le concept de "création" et donc de "dieu")... Bref, si cette série apparait au premier abord comme un véritable OVNI, étrange et dérangeant, si on se donne la peine de passer outre cette première impression, on est vite complètement immergé dans cet univers finalement très proche du notre...

Soumis par Ema le 08 juin 2010

Commentaire

Ma culture de l'animation est encore trop limitée pour me permettre des comparaisons hasardeuses avec d'autres oeuvres. Aussi je me contenterai de la série Lain en elle-même.

La première impression que l'on a de cette série, c'est une certaine lenteur (à tel point que je m'endormais avant la fin d'un épisode). Aussi, ne pas se laisser abuser par les premiers épisodes. Il faut juger l'ensemble qui apparaît très cohérent.
Je conseillerais de le regarder deux fois (au moins) car les dessinateurs ont poussé le détail jusque dans la taille de la pupille des protagoniste qui varie selon le moment (en fait selon le "monde" dans lequel ils évoluent).
Pour moi, Lain est une série qui est le pendant intellectuel de la série de films Matrix. Ils traitent tous les deux de la fusion virtuel-réel (sans que l'on puisse savoir où est quoi et qui est réel). Cependant alors que le premier fait tout pour expliquer, le deuxième, sans être hermétique est beaucoup plus subtil et est pour moi une référence dans le domaine des histoires cyber (tout genre confondu, livre film, BD, etc., de ma modeste culture)
Cependant, les limites de la série sont le côté technique qui rebutera tout non adepte de l'informatique puisque les auteurs n'ont pas hésité à montrer des scènes de montage de cartes d'extension et autres cablages de machines. Une autre limite est ce côté typiquement japonais de la gestion des silences qui rebute de nombreuses personnes un peu trop habituée aux tonitruantes demonstrations explicatives de certaines animations.

Enfin, le réalisme avec lequel est décrit le monde de Lain me permet de dire que je ne suis pas si sûr qu'il s'agisse de science fiction puisque certaines personnes, aujourd'hui, prennent déjà plus de plaisir à chatter sur le Net qu'à rencontrer des personnes physiques...

Lain est pour moi une allégorie de l'égarement des Hommes dans les réseaux informatiques mondiaux et le fantasme de quelques uns de pouvoir nopus contrôler grâce à ce média.

Soumis par steph le 30 septembre 2003

Avis des membres d'Animint

Appréciation Générale : 3,9
Animation : 4,0
Graphisme : 4,5
Personnages : 4,0
Histoire : 4,5
Bande son : 4,5

Entrez vos notes

Nombre de votes : 9

Liste des épisodes

1) Weird
2) Girls
3) Psyche
4) Religion
5) Distorsion
6) Kids
7) Society
8) Rumors
9) Protocol
10) Love
11) Infonography
12) Landscape
13) Ego

Générique

And you don't seem to understand
A shame you seemed an honest man
And all the fears you hold so peak
Will turn to whisper in your ear
And you know what they say might hurt you
And you know that it means so much
And you don't even feel a thing

I am falling, i am fading
I have lost it all

And you don't seem the lying kind
A shame then I can read your mind
And all the things that I read there
Candle lit smile that we both share
And you know I don't mean to hurt you
But you know that it means so much
And you don't even feel a thing

I am falling, I am fading, I am drowning,
Help me to breathe
I am hurting, I have lost it all
I am losing
Help me to breathe

I am falling, I am fading, I am Drowning,
Help me to breathe
I am hurting, I have lost it all
I am losing
Help me to breathe

Soumis par GENEVOIS Guillaume le 30 juillet 2004

↑ Haut de page