Animint

  Anime & manga

 
 

Saishu Heiki Kanojo - Saikano

Saishu Heiki Kanojo - Saikano
 

Connectez-vous pour noter ou commenter cette entrée et bénéficier de recommandations personnalisées!

Fiche technique

Autres titres 最終兵器彼女 (japonais)
Larme ultime (français)
She, the ultimate weapon (anglais)
FormatSérie
StudioGonzo
GenreGuerre
Période2002
Épisodes13
Durée25 min
Interêt global   aidecoeur1.gif

Résumé

La petite Chise accompagne Shûji sur le chemin du lycée. Bien qu'elle soit faible et très timide, elle a réussi à lui avouer son amour et elle ne l'a pas laissé indifférent. Elle est désormais sa petite amie, même s'ils sont tous les deux très maladroits pour extérioriser leurs sentiments. Chise a l'impression de commettre une bourde à chaque fois qu'elle parle à Shûji, tandis que Shûji a tendance à se montrer un peu brusque et distant, ne sachant pas trop comment se comporter. Leur amie commune Akemi se sent même obligée de jouer les entremetteuses pour accélérer les choses.

Ce qui aurait pu être une histoire de coeur classique au lycée, change du tout au tout lorsqu'un raid aérien survient sur Sapporo, alors que Shûji et ses amis y passent leur après midi. Des avions inconnus bombardent la ville et font des milliers de victimes. Shûji réussit à échapper au pire mais, au milieu de la ville en flammes, il découvre Chise, métamorphosée en cyborg.

Chise est l'arme ultime, prédestinée à protéger le Japon contre ses ennemis, au prix de massacres effroyables, tellement sa puissance est grande. Dans ces conditions, entretenir une relation amoureuse suivie relève du miracle, même si Shûji y croit dur comme fer. Sa détermination s'ébranle lorsqu'il revoit Fuyumi, son premier grand amour. Celle-ci est mariée mais son mari, un militaire aguerri, est sur le front et elle se sent bien seule...

Autres ressources sur Animint

Popularité parmi les membres d'Animint
1 personne a abandonné
6 personnes l'ont vu
2 personnes ne s'y intéressent pas
2 personnes souhaitent le voir
6 personnes l'ont dans leur collection

Commentaire

Les illustrations parues dans les magazines pour promouvoir la série Saisho heiki kanoko, plus communément appelée Saikano, nous avaient séduits par leurs couleurs vives et les détails des dessins. D'où notre déception en voyant dès le premier épisode, une série moyennement soignée par rapport à des titres diffusés au même moment comme Rahxephon ou .hack//SIGN. Les couleurs ont un ton pastel, les décors sont sommaires et l'animation est très inégale d'une scène à l'autre. Le générique a de la classe, mais malheureusement, il est inondé de petites phrases en français pour faire "bien" et rempli de fautes très visibles.

Il y a comme une erreur de casting dramatique avec Chise. Elle reste la dernière chance des forces japonaises mais n'en demeure pas moins faible psychologiquement et physiquement. Elle n'arrête pas d'être désolée et de fondre en larmes. Au début de la série, le personnage de Chise agace par ses apitoyements, comme Shinji dans Evangelion bien qu'avec lui, ce soit bien pire vu qu'il gémit pendant toute la série. Dans une moindre mesure, il en est de même pour Shûji qui semble enchaîné et qui se maudit d'être d'une piètre aide.

Heureusement, le charactère de nos deux héros évolue après les différentes épreuves qu'ils endurent. La guerre les rend beaucoup plus adultes. Cependant, Chise perd de son humanité et de sa sensibilité, au grand désespoir de Shûji. Physiquement, elle ne contrôle pas son corps qui la protège malgré elle. Elle doit assumer ses massacres et finit par s'en accomoder. Son évolution fait froid dans le dos, surtout lorsqu'elle se place au-dessus des hommes, telle une déesse capable de prédire qui va mourir et quand.

L'originalité de Saikano est d'ailleurs l'ambiance glauque et l'histoire atroce qui s'y raconte. Non pas que nous y voyons des corps déchiquetés ou en charpie comme dans certains titres gores comme Hokuto no Ken ou Baoh, mais nous y retrouvons l'ambiance de dessins animés tels qu'Hotaru no Haka ou certains Gundam, avec les conséquences désastreuses de la guerre sur les gens au quotidien. Nous sommes toujours au niveau opérationnel et nous ne savons jamais contre qui se bat le Japon, ni quelles sont les décisions stratégiques, ni qui sont les décideurs. Dans ce cauchemar, nous assistons au destin tragique de nombreux jeunes gens, qui sont emportés par la Grande Faucheuse, alors que nous nous y attendions si peu, vu le côté gentillet et innocent des personnages au début de la série.

Pour ne citer qu'un exemple, une camarade de classe de Shûji perd son petit ami lors d'un bombardement mais elle reconstruit sa vie tant bien que mal. Un jour, un soldat ennemi isolé est repéré dans les environs et une chasse à l'homme s'organise. Poussée par la vengeance, elle y participe et on lui donne une arme, mais au cours des recherches, elle se retrouve nez à nez avec l'homme traqué. Elle le tient en joue mais lorsque elle veut l'abattre, elle ne parvient pas à utiliser son arme. Le soldat l'abat dès qu'il s'en aperçoit...

Vous l'avez compris, Saisho heiki kanoko n'est pas le genre d'anime à regarder si vous voulez vous remonter le moral. En revanche pour ceux qui apprécient l'atmosphère, nous vous conseillons les sept tomes du manga éponyme, dont l'histoire se révèle encore plus dure.

Commentaire

Saikano est un anime très original. Les personnages pricipaux évoluent énormement. Il ne faut pas regarder le côté atroce de la série bien qu'il soit fortement présent, mais le thème principal, l'histoire d'amour. L'un de bons point de cet anime est le changement radical de Chise. Elle commence en étant une jeune fille mignone, stupide, maladroite et sensible, mais finit par perdre tous ses sentiments. Mais à chaque fois, Shuuji, son petit-ami, lui redonne l'envie de vivre, l'envie d'aimer.
Cet anime nous montre aussi ce qu'il se passe dans un pays en guerre, non pas par des scènes de batailles, mais par des scènes montrant les victimes de la guerre, les habitants des villes detruites, animés par un désir de vivre, se battre pour que tout redevienne comme avant, que l'on oublie cette guerre et les personnes que l'on a perdues. Saikano est un symbole, un anime exceptionel, s'écartant des histoire habituelles. Entrer dans ce chef d'oeuvre n'est pas simple. Vous pleurerez sûrement si vous êtes sensible, mais quoiqu'il arrive vous vous sentirez triste.
Je voulais juste dire à quel point cet anime m'avait marqué tant il est profond et criant de vérité. Evidemment, mon avis n'implique que moi mais je ne peux pas faire semblant de ne pas avoir eu de sentiments en regardant cet anime. La série permet de se poser des questions sur la guerre et sur la vie que nous aurions si nous la vivions. Une pièce maitresse de l'animation nippone.

Soumis par Scalix le 14 juin 2003

Avis des membres d'Animint

Appréciation Générale : 3,9
Animation : 3,5
Graphisme : 4,0
Personnages : 4,0
Histoire : 4,0
Bande son : 3,0

Entrez vos notes

Nombre de votes : 8

Liste des épisodes

01 - Notre amour commence
02 - Je grandis
03 - Tous les deux
04 - Fuyumi
05 - Menteur
06 - Camarade de classe
07 - Ceux que je veux protéger
08 - Tout le monde change
09 - Akémi
10 - Et puis...
11 - Un instant à tous les deux
12 - Chanson d'amour
13 - Et notre amour continue

Soumis par Mougl le 14 fvrier 2005

Générique

Générique de fin : Sayonara

Watashi no kokoro ni sukima ga aita
Nemurenu yoru tameiki bakari
Kizukanu uchi ni asa ni natteta

Anata no koe ga kikitakute
Nukumori furetakute
Anata e no omoi komiagete kuru
Namida afureru

Sayonara itoshii hito
Mada wasurerarenai anata no koto
Sayonara no hitokoto de owatte shimau nante... kanashii yo

Fuan na toki ni wa anata ga ite
Yasashiku te wo nigitte kureta
Watashi wo zembu tsutsunde kureta

Deatta koro ni modoreta nara
Nando mo nando mo omoi
Tanoshikatta hibi ga ima ja setsunai
Don't let me alone

Sayonara itoshii hito
Mada owarasetakunai kono koi wo
Sayonara no hitokoto ga kono yo ni
Nakunatte shimaeba ii no ni

Sayonara itoshii hito
Mada wasurerarenai anata no koto
Sayonara no hitokoto de owatte shimau nante... kanashii yo

Soumis par Corti le 11 janvier 2011

Générique

Générique de début : Koisuru Kimochi

Kimi no soba ni iru dake de jibun no kokoro ga
Uso no you ni sunao ni nareru yo

Nande mo nakatta asa no sampomichi de
Kimi to deatta itsu mo to kawaranai asa no hazu ga
Dokidoki shiteru

Ushiro ni wa kimi no ashioto ga oikakete
Kuru you de nando mo furimukinagara kimi no
Sugata miteta

Atarashii koi no hajimari to wa shirazu ni futari wa
Mienai koi no sutorii ga hajimaru

Kimi no soba ni iru dake de jibun no kokoro ga
Uso no you ni sunao ni nareru
Kokoro ga midarete kuru no ga wakaru
Kimi hitori wo mamoru koto wo chikau yo chikau yo

Tomodachi ni majitte hashaide iru kimi wo
Itsu mo tooku kara itoshii me de mitsumete ita yo
Kimi wa kizukanai

Naitari warattari okottari
Futari de subete wo norikoete yuku jishin ga aru

Kimi ga soba ni inai to kokoro ni sukima ga
Aita you ni kurushiku naru
Dakara itsu made mo hanaretaku wa nai
Kimi hitori wo aisu koto wo chikau yo chikau yo

Soumis par Corti le 11 janvier 2011

↑ Haut de page