Animint

  Anime & manga

 
 
“Animint traite des dessins animés japonais et du manga. Outre ce blog, le site comporte plusieurs milliers de pages de texte illustré.”

Japan Expo 2017 1: Va-et-vient entre la scne Sakura et la salle Anim 100

Par le :: Manifestations

japan_expo , 2017

J'entame la première partie de mon compte rendu sur Japan Expo 18e impact, qui a eu lieu du 6 au 9 juillet 2017.

Comme d'habitude le programme était très dense et il faudrait plus que se dédoubler pour pouvoir assister à tous les événements intéressants, même quand vous venez pendant les 4 jours. L'année dernière, j'avais du composer avec le chevauchement des conférences des invités japonais avec les interventions pour la French Touch. Cette année, même si j'ai du rater tous les mangakas - à part en les croisant par hasard dans les allées du festival - j'ai vraiment pu enchaîner les sessions avec les différents animateurs, réalisateurs, directeurs artistiques et producteurs japonais.

2017 correspond au centenaire de l'animation japonaise ou du moins de Namakura Gatana, le premier court métrage qui soit parvenu jusqu'à notre époque. C'était l'occasion de l'opération intitulée Animé 100 avec déjà un nombre important d'invités japonais dans le domaine de l'animation, qui contraste avec les éditions précédentes. Du coup, le côté manga était peut-être plus en retrait avec aussi moins d'invités connus du côté des éditeurs.

Japan Expo 2017

Au delà des invités japonais, l'opération Animé 100 s'est déclinée sous plusieurs aspects avec par exemple des soirées de projections jeudi et samedi. Celle qui a fait le plus parler d'elle est celle du jeudi soir avec l'avant-première du film Pokémon : Je te choisis, en présence du réalisateur Kunihiko Yuyama et surtout Rica Matsumoto, comédienne et chanteuse, qui a interprété Mezase Pokémon Master.

Plusieurs concerts sur la scène Karasu ont repris des génériques d'anime, notamment le jeudi. J'ai trouvé Umi-Kun un peu juste sur le premier générique de l'Attaque des Titans mais il s'en ai mieux tiré sur la suite, que ce soir Tokyo Ghoul, Haikyû, Naruto, Your Name et surtout la verison longue du générique de début de Yuri on Ice. Il a été rejoint par d'autres chanteurs dont le groupe d'idols The World Standard qui nous ont sorti les classiques Zankoku na Tenshi no Thesis d'Evangelion et Moonlight Densetsu de Sailor Moon. Nous avions des vidéos à l'écran pour accompagner le passage d'Umi-kun mais aucune pour les autres interprètes. C'était un peu dommage.

Le groupe Neko Light Orchestra qui s'est fait connaître pour ses reprises des thèmes des films du Studio Ghibli aussi proposé une session de génériques le samedi soir, avec une séance de rattrapage en clôture le dimanche soir qui comportait aussi des musiques de jeux vidéo. 

Animé 100, c'était aussi l'exposition principale qui présentait 100 anime, avec une fiche et quelques anecdotes pour chacun. L'espace était composé de plusieurs salles avec un sens de visite et un ensemble d'oeuvres réunis par thème. Je n'ai pas trop saisi la logique mais au moins, cela a évité un ordonnancement purement chronologique. Des vitrines étaient remplies de figurines et d'autres produits dérivés, ou bien encore de copies de croquis extraits de la production. Les trésors réunis contrastaient avec les panneaux et le classicisme des écrits. C'est une certaine injustice pour le travail nécessaire derrière les panneaux, même si on voit que certains titres n'étaient associés à aucune illustration, ce qui reflète sans doute les difficultés pour récupérer les droits pour le compte de l'exposition. Je n'ai pas été étonné de voir Candy Candy dans le lot.

Japan Expo 2017

La sélection des 100 titres fait cependant beaucoup d'impasses sur les productions historiques, notamment celle de la Toei et elle fait peu de cas de la période "primitive". Pour cela, je vous renvoie aux excellentes conférences d'Ilan Nguyên telles que celle à Planète manga ou encore une autre à Antony.

Parmi les autres expositions, j'ai vu celle de Ghost in the Shell juste à côté d'Animé 100, dans un espace plus restreint mais quand même bien fourni.

Japan Expo 2017

Il y avait également un espace pour célébrer les 30 ans de Final Fantasy mais il était relégué à l'autre bout du salon, dans la partie jeux vidéo et même plutôt en marge des gros stands, plus près des zones amateurs et indépendants.

Japan Expo 2017

Ki-oon avait aussi un coin pour promouvoir Les Mémoires de Vanitas et c'était aussi le cas pour Ototo et Ofelbe qui proposaient des stands à l'honneur de Re: Zero, Bungô Stray Dogs ou Overlord, entre autres. Cette année, les éditeurs ont de nouveau proposé des animations, en montant un concours de punch My Hero Academia chez Ki-oon, ou encore en immergeant le visiteur dans Mob Psycho 100 chez Kurokawa.

Japan Expo 2017

Je n'oublie pas non plus les quelques panneaux qui mettaient à l'honneur la ville de Kanazawa au sein de la zone culture. Ce secteur est conséquent avec un large espace Sakura pour les spectacle, ainsi que des estrades annexes dans la zone artisane, Wabi Sabi, et juste à côté pour ce qui s'appelle la scène Saiko.

Cette dernière est très étroite et il faut être dans les tous premiers rangs pour voir quelque chose mais c'est aussi l'occasion de voir certains groupes de près, sans avoir à vous déplacer dans une des grandes salles que ce soit Yuzu et Ichigô. J'ai pu caser un petit instant pour voir à quoi ressemblait la troupe de Yowamushi Pedal, par exemple.

Japan Expo 2017

Pour Tôken Ranbu, j'ai vu leur prestation sur la scène Ichigô et j'ai été agréablement surpris, voir impressionné, de les voir chanter en même temps qu'ils combattaient. Ils n'ont fait que trois chansons, avec une session de bavardage au milieu pour meubler, mais les morceaux musicaux etaient loin d'être courts et leur prestation avait de l'allure. Juste avant, il y avait un petit intermède organisé avec des cosplayeurs et sur le thème de Sailor Moon.

Japan Expo 2017

Le Hall 5 accueillaient le village de jeunes créateurs que ce soit les illustrateurs ou les boutiques de vêtement ou d'accessoirement mode.

Les activités ludiques et culturelles occupaient un large espace aux côté de la scène Kitsune où se regroupaient les cosplayeurs et les photographes. Il y avait aussi pas mal d'ateliers au programme autour du cosplay. Dans la zone, j'ai pu retrouver une cosplayeuse venue du Japon qui vendait ses booklets de photos à son stand. Elle était malheureusement là juste le jeudi et le vendredi, puis reprenait déjà l'avion avant le début week-end.

Japan Expo 2017

Un autre japonais que j'étais content de retrouver parmi les stands était Belcorno connu pour son latte art, la composition de personnages d'anime ou autres sur la surface d'un café latte. Le plus étonnant est que le stand où il exerçait, était situé sur une des artères les plus passante du festival que j'ai traversé 50 fois mais j'ai découvert que le chef japonais était sur place - il est cuisinier dans un restaurant italien au Japon - que grâce à Twitter. Belcorno était équipé d'une machine pour faire les cafés et de son matériel pour concevoir les visages à la demande. J'en ai profité pour lui demander une Madokawa Ayukawa, qu'il a réalisée en 10 minutes. Malgré le côté éphémère, cela restera sans doute mon meilleur souvenir de ce 18e impact.

Japan Expo 2017

Japan Expo 2017

Parmi les anedoctes sympathiques de cette année, je retiendrai celle impliquant Yasuhiro Irie, le réalisateur de Fullmetal Alchemist Brotherhood, déjà venu à Japan Expo et invité par Wacom. Au début de l'année, j'avais vu via son compte Twitter que c’était un grand fan du film Dofus, dont il a pris le DVD à défaut de pouvoir lire le Blu-ray et même l'artbook sur Amazon. J'ai tané un peu avec cette histoire l'un des responsables de l'animation sur le film qui est tous les ans à un stand jeunes créateurs à Japan Expo. Il n'osait pas aller voir le réalisateur japonais mais quelqu'un de mieux introduit était aussi au courant et a fait venir au stand Yasuhiro Irie qui a pu avoir sa dédicace ;)

 

 

Tokyo-rickshaw était une des curiosité de cette année avec des pousse pousse japonais au sein du festival, et surtout un groupe de Boys Band que j'ai vu succinctement sur la scène Yuzu.

Japan Expo 2017

Coincés l'année dernière sur le chemin de la scène Karasu où se font les concerts, les arts martiaux ont migré dans le Hall 6 après les jeux vidéo mais en compagnie d'autres animations sportives tels que le baseball et le catch. Certes, c'est loin de la position idéale d'il y a quelques éditions dans les flux de population du Hall 5 mais au moins ils ont plus de place et le dimanche, j'ai vu beaucoup de visiteurs s'initier sur les tatamis. La scène Také était du même côté au bout du Hall 6. Cette scène est habituellement réservée aux conférences jeux vidéo mais son programme était en fait très large, des mascottes à la mangaka Irono en passant par les idoles Tokyo Candoll.

La scène Animé 100 était aussi dans le Hall 6, plus ou moins à l'emplacement de ce qui s'appelait scène Kuri avant. La différence était que la nouvelle salle était fermée par un rideau noire qui permettait de bien voir le mur d'images mais pas encore de filtrer les cris et le bruit des gros stands voisins qui ont couvert la voix des intervenants plus d'une fois. La température à l'intérieure était aussi atroce notamment le vendredi, où nous sentions que les invités japonais étaient aussi indisposés - ils ont en plus les spots sur eux - avec par exemple Takuo Noda, qui a un certain âge, demander un éventail en cours de conférence. C'était beaucoup plus confortable le dimanche.

Sinon, j'ai beaucoup apprécié le professionnalisme du traducteur attitré qui a participé à la majorité des conférences. Les invités avaient un ou une traductrice avec eux, qui traduisait du français au japonais, tandis que le traducteur de la salle se coltinait les réponses parfois longues des artistes nippons. Nous le voyions même retraduire les questions à l'invité quand la première formulation par le traducteur accompagnateur n'était pas comprise.

Japan Expo 2017

Dans le Hall 6, il y avait également une nouvelle scène Azuki spéciale pour les mascottes. Japan Expo donne l'impression d'accueillir de nouvelles mascottes chaque année et qui reviennent ensuite aux éditions suivantes. Je suis tombé sur un spectacle sur cette scène pendant un de mes déplacements mais j'ai plutôt croiser les mascottes dans les allées, dans l'espace artisanal ou tout simplement quand elles étaient sur la scène Sakura.

Japan Expo 2017

Japan Expo 2017

J'ai passé beaucoup moins de temps que les années précédentes devant les spectacles de la scène Sakura, preuve que j'avais plus d'événements à mon programme par ailleurs. Quelques artistes reviennent aussi d'une année sur l'autre. Cela ne m'a pas gêné de revoir un showcase de Neo Ballad mais j'ai volontairement fait l'impasse sur les membres du groupe Takarabune qui s'est déjà produit à plusieurs éditions successives de Japan Expo.

Japan Expo 2017

Japan Expo 2017

La calligraphie arrive toujours à se renouveler avec des associations détonantes et je retiendrai cette fois-ci Yasudai Mai avec les ninjas Kagerô, un contraste entre l'énergie explosive des acrobates bondissant et la quiétude de l'artiste qui composait son idéogramme.

Japan Expo 2017

Musicalement et visuellement, j'ai bien aimé le spectacle de danse de Kaien auquel j'ai pu assisté dans la salle Yuzu.

Japan Expo 2017

Japan Expo 2017

En revanche, je n'ai pas été convaincu par l'association du shamisen avec le beatbox prôné par le groupe Shâraku

Japan Expo 2017

Vous aviez aussi droit à une troupe de chorégraphes samouraï, un peu caricaturale mais dans la lignée de celle que vous pouvez croiser au Japon, avec le passage sempiternel du spectateur invité sur l'estrade pour reproduire une scène avec les acteurs.

Japan Expo 2017

Japan Expo 2017

La scène Sakura enchaîne les spectacles et ne propose plus vraiment de conférences. Avec l'apparition de l'espace Washoku, officiellement pour la l'art culinaire japonais mais souvent étendu à d'autres thèmes tels que les bonzaï, je pensais que cette zone allait reprendre le flambeau. Malheureusement cette année, la programmation a l'air d'avoir été chaotique. Le planning officiel n'était pas bien gras au départ avec une succession de démonstrations à confirmer et quand je me suis déplacé pour jeter un oeil à une prestation, je suis tombé sur une annulation. Après, c'est juste dommage et je ne suis pas sûr que les gens regardent vraiment mais cela avait un côté rafraîchissant en abordant des domaines inhabituels qui changent un peu de ce qui se fait d'habitude.

Japan Expo 2017

D'ailleurs, c'est ce que j'ai aimé dans la présentation du pèlerinage des paysages de Your Name dans la salle Animé 100. Ce n'était pas tellement le fait d'aborder le film mais justement les régions traversées et l'expérience des voyageurs, alors que d'habitude je trouve les récits de voyage plutôt ennuyeux.

À l'opposé, j'ai été déçu par la conférence Yuri on Ice. Certes, c'était un instant de liesse populaire avec une salle pleine à craquer mais je n'en ai rien retenu d'intéressant, sinon l'expérience d'avoir assister à un pur événement pour les fans comme il peut y en avoir au Japon, et dont nous pouvons voir quelques caricatures dans les anime. La masterclass était cependant plus riche d'après les échos que j'ai pu avoir. Je regrette presque que Mitsurô Kubo, la chara designer originale, ne soit pas venue toute seule. C'est elle qui dessinait et elle était beaucoup plus ouverte et visiblement plus heureuse d'être là, n'hésitant pas à se faire prendre en photo avec les fans, contrairement à la réalisatrice Sayo Yamamoto, plus réservée, avec lunettes de soleil et interdiction de prendre des photos pendant les conférences. Pour dire, la conférence Yuri on Ice m'a tout simplement incité à sauter la conférence des années 2000 le dimanche, à laquelle la réalisatrice participait, au profil d'un autre programme qui avait lieu en même temps.

 

 

Pendant les 4 jours, notre voisin de palier a eu la charge d'animer les conférences Animés 100 qui traitaient chacune sur une décennie de l'animation japonaise des années 1970 le jeudi, puis 1980 le vendredi, ensuite 1990 le samedi et enfin 2000 le dimanche. Il débutait la séance par une présentation des principaux titres et il a parfois réussi à introduire quelques élément soulignant le pourquoi de l'importance de telle ou telle oeuvre, même si l'introduction s'apparentait beaucoup à une énumération de titres. Pour la session des années 1970, il ne s'est pas débiné et a commencé depuis 1917 en revenant d'ailleurs sur le pourquoi cette date pour la naissance de l'animation japonaise avec l'existence prouvée de Namakura Gatana alors que d'autres productions plus anciennes ont été référencées mais pas retrouvées.

Japan Expo 2017


Après cette introduction, plusieurs invités japonais venaient rejoindre le webmestre de Catsuka qui leur posait des questions à tour de rôle, en faisant appel à leur souvenirs de l'époque. Ce ne sont pas forcément des grands noms connus du public mais plusieurs ont 40 ans de carrière bien remplis et sont a minima des témoins privilégiés. L'exercice n'est pas évident en posant des questions sur les titres auxquels ils ont participé et surtout de leur faire parler d'autres personnes célèbres avec qui ils ont travaillé, plutôt que de parler d'eux-mêmes. Je ne jetterai pas la pierre sur le format des séances qui avaient le mérite d'être construites et avec des questions en général en rapport avec le sujet, qui nous apprenait déjà quelque chose sur l'invité rien qu'en les posant.

Japan Expo 2017

Mon reproche est plutôt sur la répartitions des conférence par décennies, avec notamment la conférence sur les années 1990 qui a eu un petit trou d'air. Cela fait toujours bien de poser des questions sur le renouveau des mechas avec Evangelion et que Nobuyoshi Habara nous renvoie au début des années 80 pour dire que c'est là qu'a eu lieu la révolution. Pourtant, l'exposition avait trouvé un autre angle d'approche et à la vue des invités, il aurait été peut être plus judicieux de ne pas mettre les années 90 toutes seules s'il fallait vraiment faire un découpage chronologique.

Japan Expo 2017

Dans mes prochains articles sur Japan Expo 2017, je complèterai plutôt les propos des invités exprimés pendant leur conférence individuelle, avec ce qu'ils ont pu déclarer pendant ces interventions collégiales, qui était parfois en doublons par rapport à ce qu'ils avaient déjà dit quand ils étaient seuls.

Japan Expo 2017

Discuter de ce billet sur le forum - - Laisser un commentaire »

Voir aussi

Japan Expo 2017 2 : Les producteurs Koji Takeuchi et Masao Maruyama
Japan Expo 2017 3 : Takuya Wada, Takuo Noda et Kenji Kamiyama
Japan Expo 2017 4 : Masami Suda, Kazuhide Tomonaga et Masahiko Okura

Cet article vous a plu?

Faites-le connaître ou votez pour cet article sur les sites suivants :

  • anime manga aggregator sama
  • Partager sur del.li.cious
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google

Commentaires sur ce billet:

  1. Le 11/07/2017 à 22:48
    SebNL a dit

    GG pour Yasuhiro Irie ! :)

  2. Le 11/07/2017 à 22:57
    Pazu a dit

    @SebNL Bravo à celle qui a eu le réflexe d'organiser la rencontre. Cela aurait été dommage de rater cette occasion.

Ajoutez votre commentaire:

Merci de bien vouloir soigner votre orthographe et de proscrire le style SMS.


Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

 

↑ Haut de page