Animint

  Anime & manga

 
 
“Animint traite des dessins animés japonais et du manga. Outre ce blog, le site comporte plusieurs milliers de pages de texte illustré.”

XXème Convention Epitanime et cérémonie des Sama Awards 2012

Par le :: Manifestations

mangas , 2011 , 2012 , japan_expo

Je ne cache pas que le but de cet article est plus de publier enfin la vidéo de la remise des Sama Awards 2012, que de faire un compte rendu de la XXème convention Epitanime. Cette année, vous êtes servis avec les rapports postés sur Linotte, Meido-Rendo, FFenril, Néant Vert, les Chroniques d'un Newbie, Twilight Eye et même sur Mata-web, qui nous rappelle que leur blog a repris du poil de la bête depuis plusieurs semaines.

Pour ma part, je suis un visiteur régulier de la convention, mais en mode très extensif, quand je compare aux 4 jours de course poursuite que j'exécute pendant Japan Expo. A l'Epita, je me contente d'ailleurs des sessions diurnes.

Epita 2012

Indépendamment des problèmes de préparation rencontrés par l'organisation, le gros chamboulement attendu était l'inversion entre les fanzines, remontés à la surface, dans la cour, et la scène principale, qui a été transférée dans le parking souterrain. L'année dernière, ils étaient confinés au fond du sous-sol et même devant les stands professionnels, le nombre de passants étaient très faible par moment. Il est compréhensible d'avoir moins de monde pendant le défilé de cosplay, mais même une fois terminé, le sous-sol frôlait le désert. De ce côté là, le changement est au moins une tentative pour enrayer ce phénomène.

Peut-être à cause de l'Harajuku local dans le parc de Paris Bercy, je m'attendais à des installations sommaires, avec quelques doutes sur les conséquence d'une averse, par exemple. Finalement, le temps a été au beau fixe, voire à la chaleur lourde, pendant tout le week-end, et chaque stand était sous sa tonnelle ombragée. Cela n'empêchait pas la cour d'être un brasier en plein après-midi mais au moins les exposants étaient correctement installés, en plus d'être bien situés. Là, il sera difficile de faire mieux, si ce n'est que le nombre de places disponibles dans la cour est quand même limité.

Epita 2012

La disposition me rappelait quelque part un magasin Ikéa, où le parcours est volontairement sinueux pour passer devant quasiment tous les fanzines pour aller de l'entrée de la cour jusqu'aux salles ou vers la scène principale. C'est intelligent au niveau marketing pour les fanzines, mais le surplus psychologique de chemin renforçait l'impression d'éloignement.

Les quelques stands professionnels de vente étaient disséminés dans les salles autour de la cour ou bien au rez de chaussé du premier bâtiment. Ils n'étaient pas super visibles mais je dirai, que vous finissiez par tomber dessus d'une manière ou d'une autre. Certains avaient une belle surface et j'ai toujours vu quelques personnes dans leurs pièces, du moins pour ceux qui vendaient du manga et de la vidéo. Je n'ai pas ressenti cette impression de désert de 2011.

Les jeux vidéos occupent traditionnellement deux salles du rez de chaussé du premier bâtiment, en plus d'une salle PC, qui, elle, n'a pas bougé près de la cour. Cette année, les deux salles étaient occupées par des jeux de plateau et de cartes, et par des stands professionnels.

Là aussi, en poursuivant votre exploration, vous dénichiez le 2ème étage. L'escalier ouvert était étroit  mais une fois arrivé dans l'espace climatisé – appréciable en journée – la disposition montrait qu'il y avait de la place et vous circuliez naturellement entre les différents secteurs, en tombant aussi sur les salles d'activités des associations, sans avoir cette impression de renfermé et de cul de sac. Un détail tout bête : Il y avait encore des toilettes propres à cet étage le dimanche alors que ce n'était pas forcément le cas au rez de chaussée, plus fréquenté.

En tant que simple visiteur diurne, je ne pense pas que les associations des activités aient beaucoup perdu au change à se retrouver au 2ème étage. Le pôle jeux vidéo est quand même attractif et les échos des gens que j'ai rencontrés allaient plus dans le sens "la prochaine fois, je vais eu 2ème étage et je ne bouge plus" plutôt que de boycotter l'endroit.

Epita 2012

Bon point également pour le maid café, qui reste un espace de détente, où il est possible de discuter au calme malgré la foule et la chaleur dehors, avec un prix des consommations que j'ai trouvé raisonnable.

Cependant, je suppose que le partage entre les associations de l'amphithéâtre près de la cour, n'a pas été des plus simples, avec les 2 conférences en retard coup sur coup, et le séquencement intensif des plannings, sans que les intervenants aient forcément plus de monde par rapport à leur propre salle d'activité.

L'éloignement entre les différents secteurs ne m'a pas gêné si ce n'est le passage obligé par la  "fouille de sac" - un peu aléatoire suivant l'humeur de la sécurité - pour aller du premier bâtiment vers la cour – mais pas l'inverse ! Enfin, c'est surtout l'aspect bouchon à l'entrée qui m'a saoulé, dès qu'un visiteur devait montrer son sac, en empêchant tous les autres derrière – qui, eux, avaient pris la précaution de circuler légers - d'avancer, alors qu'il y avait plusieurs vigiles disponibles.

Epita 2012

Sinon, il y a eu aussi des espaces que j'ai cherchés et que j'ai eu du mal à trouver. D'abord la salle de la Bande Animée, étant donné que je devais y annoncer le palmarès des Sama Awards. J'ai tourné un peu dans les couloirs avant de retrouver la bonne entrée, donc j'imagine bien le peu de visiteurs qui ont du arriver là bas. Au moins, ils n'avaient pas de problème de lumière parasite pour les projections mais l'équipe a fini par réorganiser la salle par rapport à la mise en place habituelle de l'écran, car sinon, en passant, vous ne voyez pas de qu'il y avait des projections quand vous jetiez un coup d'oeil depuis dehors.

L'autre endroit que je cherchais et que j'ai trouvé en dernier, a été le dépôt vente. Dans mon esprit, avoir la scène principale au sous sol et les fanzines à la surface, ne signifiait pas qu'il n'y aurait que la scène toute seule et rien autour. Du coup, je n'ai pas trop regardé à l'avance où étaient situés les différents espaces.

De toute manière, le plan proposé sur le site web de la convention ne m'aurait guère aidé. Des personnes ont du passer du temps pour proposer un plan interactif tout en un, mais mélanger une navigation à cliques pour changer le lieu et la période complique la lecture. Un bon plan classique en JPG ou autres PDF, quitte à les dupliquer pour différencier les nocturnes des journées. Après, que derrière ce soit géré dynamiquement pour pouvoir régénérer les plans quand il y a du changement, pourquoi pas, mais qu'ils arrêtent avec ce pseudo plan web 2.0 à deux francs six sous.

Epita 2012

En repérant un flux de personnes, j'ai fini par repérer où était le dépôt ventes, et par la même occasion, une salle de projection et karaoké, le coin jeux de go, et le stand de dédicace pour l'invité et de vente de VN. L'endroit était climatisé mais juste invisible, si vous n'y allez pas exprès. J'aurai presque la même remarque pour la salle karaoké située à côté de la caisse pourtant.

Je ne suis pas fan de Ryûkishi07, mais au moins je connaissais un peu les titres sur lesquels, il a travaillés, ou du moins les adaptations en anime. Avoir un invité japonaise, procure un standing certain à la convention, avec en plus quelqu'un qui paraissait détendu et franchement sympathique.

Epita 2012

J'ai assisté à la conférence axée sur Umineko le dimanche, où, malgré le retard pris, le public a eu le loisir de poser une foule de questions, que ce soit des sujets pour le fan pointilleux ou des thèmes plus généraux.

En terme d'ambiance, nous n'avons pas atteint les moments magiques de 2008, où Range Murata et Ken Niimura, s'était prêtés à un Dessinez c'est Gagné sur la scène principale. Ryûkishi07 était dessus pendant le karaoké final mais je ne pense qu'il y ait fait d'autres apparitions. En revanche, une édition avec un invité japonais sera toujours mieux qu'une édition sans.

Pendant la convention, j'avais dit à Raton que le reproche fait à la partie fanzine l'année dernière serait fait cette année à la scène principale, et visiblement, c'est ce qui est transpire des différents compte rendus. J'imagine très bien le vide que cela a du engendrer pendant les nocturnes, où il y a eu moins de monde et où l'éclatement des activités n'a pas aidé au rassemblement des troupes.

Epita 2012

Pour revenir à la scène principale, je ne critiquerai pas le fait de l'avoir passé au sous sol. C'est soit la scène ou des stands dans la cour, mais certainement pas les deux, sauf à percer les murs ou raser les bâtiments. Question disposition, il y a eu pire quand vous vous souvenez des éditions limitées au premier bâtiment, ou aux anciens locaux perchés près de Campo Formio – ah ? Vous étiez encore à la maternelle à cette époque ? - En plus, j'ai toujours eu tendance à rester longtemps planté devant la scène principale, que ce soit pendant les défilés ou les jeux, et à chaque édition, c'est le branle bas de combat pour se protéger contre les coups de soleil sournois. Cette année, c'était un soucis en moins.

En revanche, plusieurs choses m'ont sauté aux yeux quand je suis descendu la première fois au sous sol. En fait, c'était plutôt d'abord aux narines, avec l'odeur suffocante de la fumée qui ne s'évacue pas et qui m'a fait le même effet que les vapeurs d'un pot d'échappement. Ensuite, l'obscurité de l'endroit, plongé dans le noir, contraste avec la scène, qui était sous le feu de nombreux projecteurs monté en hauteur. Certes, la visibilité n'est pas fameuse sur l'écran de fortune mais quand les néons ont été allumé à la fin de la journée dimanche, cela faisait quand même moins morose que l'ambiance salle de cinéma d'art et d'essai, subie pendant toute la convention. Autre gros point noir, le son, qui a fait que je ne comprenais pas ce que racontaient les personnes au micro.

Enfin, comme déjà mentionné, je pensais trouver autre chose que seulement la scène au sous-sol et j'ai été surpris par son orientation. Le fond du parking - et malheureusement aussi la rampe d'accès - se sont transformés en studios photo de fortune pour les photographes de cosplay.

Avec tous ces défaut, ma fréquentation du sous-sol n'a pas été assidue mais j'ai noté quelques passages sympathiques, hormis les sempiternels défilé de cosplay ou de mode. Je pense notamment au concert de tambours ou bien au jeu calqué sur le concours de animateurs, en mettant en scène les différentes associations, le dimanche, en fin d'après midi.

Epita 2012

J'ai trouvé pourtant la première manche du jeu trop longue et j'ai été surpris par le manque de spécificité des thèmes de prédilections choisis par certains, genre "les films d'Hayao Miyazaki", mais surtout, cela aurait été une bonne idée de placer le rendez-vous plus tôt, le samedi par exemple. Cela faisait de la bonne publicité pour les associations les moins connues, mais quelle est l'utilité pour elles de le faire à la fin de la convention, quand elles commencent à plier bagage et que le programme est terminé ? Ce qui aurait pu être un tremplin, avait plus un air de "merci d'être venu".

Pour conclure, sans transition, je poste un montages de la vidéo (merci Loudde) et des photos (merci Php) prises pendant de la cérémonie des Sama Awards 2012.

Pour l'heure, je n'ai rien à rajouter aux propos de Mackie et je ferai sans doute mon propre bilan – beaucoup – plus tard. Je tiens juste à remercier à nouveau le jury et les différents protagonistes, qui ont participé de près ou de loin à cette seconde édition des Sama Awards.

Epita 2012

Discuter de ce billet sur le forum - - Laisser un commentaire »

Cet article vous a plu?

Faites-le connaître ou votez pour cet article sur les sites suivants :

  • anime manga aggregator sama
  • Partager sur del.li.cious
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google

Commentaires sur ce billet:

  1. Le 03/06/2012 à 18:43
    Concombre Masqu a dit

    Owwww c'est toi qui présentait... :o Je te passerais le bonjour la prochaine fois. Pas un instant j'ai vu que tu prenais des photos, quel ninja, dites donc.

  2. Le 03/06/2012 à 19:31
    Gemini a dit

    Je connais quelqu'un qui a été coupé au montage.

  3. Le 03/06/2012 à 23:37
    Tata a dit

    Et moi je connais quelqu'un qui a demandé à être coupé au montage (merci Pazu :3). Bon, on voit quand même mes cheveux.

  4. Le 05/06/2012 à 10:24
    pattsao a dit

    C'est moi ou y'a un type non masqué qui a l'air d'avoir le foulard et les lunettes d'El Bandido Moe?

Ajoutez votre commentaire:

Merci de bien vouloir soigner votre orthographe et de proscrire le style SMS.


Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

 

↑ Haut de page