Animint

  Anime & manga

 
 
“Animint traite des dessins animés japonais et du manga. Outre ce blog, le site comporte plusieurs milliers de pages de texte illustré.”

Jonetsu  3.33 : I Can (Not) Forget It

Par le :: Manifestations

conventions , 2018

Après l'édition 2017, la convention a trouvé ses marques à Bourg-La-Reine en investissant l'espace Les Colonnes déjà occupé l'année dernière mais également l’amphithéâtre de l'Agoreine situé 100 mètres plus loin, dans la même rue.

La gare n'est pas très loin et Bourg-La-Reine est sur la section sud du RER B gérée par la RATP jusqu'à gare du Nord, qui n'était pas touchée par la grève SNCF du dimanche. Cette année, j'avais opté pour la voiture et je n'ai pas eu trop de mal à me garer dans la ville à 5 minutes de la convention, une fois s'être un peu familiarisé à la panachée de rues en sens interdit dans les zones où se garer reste gratuit, avec encore plus de facilité le dimanche par rapport au samedi.

La salle principale des Colonnes accueillait les caisses, les fanzines, un espace restauration, des jeux animés par l'association Thalie, un coin lecture et une exposition de figurines japonaises en plus d'un stands d'animation autour. Les vitrines proposaient plusieurs statuettes de valeur telles que la Holo de Spice & Wolf sortie chez Good Smile Company ou encore la Yoko de Gurren Lagann parue chez Alter. Le programme d'activités du stand figurines n'était pas dense mais elles étaient intéressantes en ce qui concerne les quelques unes j'ai pu suivre.

Jonetsu 3.33

Jonetsu 3.33

Jonetsu 3.33

Jonetsu 3.33

Jonetsu 3.33

La configuration de la salle m'a un peu surpris en y pénétrant. Je pensais que la zone où avait été lieu les conférences l'année avait été libérée du fait de transfert de ces activités vers l'Agoreine mais cette deuxième salle n'était pas exploitée du tout pendant cette édition je n'ai pas remarqué les mètres carrés en plus, une fois la cloison de séparation enlevée qui donnait pourtant un peu plus d'air au public des activités de Thalie et des emplacements de stands supplémentaires pour les fanzines. La disposition était relativement similaire à l'année dernière dans ce secteur.

Contrairement à ce que je pensais, la division de la convention en deux endroits distincts n'était pas trop rébarbatif, avec sans doute moins la tentation de se poser dans la salle de conférence pour un oui ou pour un non que lors de l'édition précédente. Là, il fallait regarder le programme car à part un bar qui ne distribuait pas de sandwichs, quelques tables disposés pour faire office d'espace rencontre et dédicaces pour les intervenants, une exposition sur les techniques d'animation et un studio photo cosplay, il n'y avait que l'amphithéâtre pour les conférences.

Jonetsu 3.33

Jonetsu 3.33

Le cosplay faisait partie des nouveautés des festivités 2018 mais je suis passé plutôt à côté que ce soit le défilé programmé le samedi en fin d'après-midi ou la conférence sur le World Cosplay Summit. En pratique, je me suis concentré que sur les présentations en rapport avec l'animation japonaises, en zappant également celles qui traitaient du manga et la cérémonie des prix Minorin.

À mes yeux les conférences sont le principal attrait et la particularité de cette convention par rapport à d'autres rendez-vous, peut-être plus riches en terme de panel d'activité avec des jeux vidéo ou traditionnels en plus mais dont je pourrai quasiment copier-coller le programme entre les différentes entrées référencées dans l'agenda sur Animint des manifestations en France.

Parmi les conférences, j'étais agréablement surpris par le contenu présenté complètement ou en partie par les organisateurs de la convention, que ce soit la rétrospective Kyoto Animation ou les acteurs de l'animation mondiale. Si le contenu de la 2e intervention était enrichie par le témoignage concret de Crunchyroll, le premier exercice pouvait se tomber dans une retranscription d'un savoir encyclopédique. C'était suffisamment dynamique et agrémenté d'anecdoctes ou remarques (im)pertinentes pour rendre le tout accessible et agréable à suivre, sans être un fan des productions du studio.

Jonetsu 3.33

Jonetsu 3.33

A contrario, j'ai lâché le fil de la présentation sur le Tokusatsu. Le sujet ne me passionne pas mais il suscitait un peu ma curiosité, notamment pour les premiers Godzilla. Le format me convenait et j'ai suivi le début mais outre un dépassement important du temps imparti, peut-être avoir 3 intervenants était-il trop, avec pas toujours une bonne complémentarité entre eux. Cela m'a rendu le contenu indigeste, à trop vouloir saupoudrer d'exemples, voir se répéter.

Jonetsu 3.33

L'édition 2018 avait aussi son lot d'invités dont Stanislas Brunet qui a tenu un conférence sur le mecha design très richement illustrée pendant sa présentation avec même un dessin de robot préparé spécialement pour Jonetsu. Il a offert un belle vue d'ensemble de son domaine, des enjeux jusqu'aux outils.

Jonetsu 3.33

Jonetsu 3.33

L'autre invité  attendu était Yukio Takatsu, animateur japonais domicilié à Paris et spécialisé dans la conception de génériques. La présentation, agrémentée de quelques brouillons de ses réalisations, était relativement rapide pour aborder les différentes étapes de la production d'un générique mais elle a été complétée par une session de questions-réponses.

Jonetsu 3.33

La dernière conférence que j'ai suivie abordait le bruitage et le sound design, sur un angle plus large que les simples bruitages habituels que vous pouvez voir dans certains reportages. Le fil de la conférence était plutôt décousu mais elle était bien orientée animation japonaise avec l'exemple concret d'une équipe française qui a travaillé sur les deux OAVs de Little Witch Academia. Les exemples de travaux pour les productions françaises d'animation ont bien complé le tableau à la fin mais il est un peu dommage d'avoir consommé du temps pendant la conférence sur autant d'apartés. D'un autre côté, cela a permis d'être sensibilisé à des pensées inhabituelles telle que se lamenter sur la disparition de la fonction d'enregistrements sur les lecteurs de musique ou bien de pouvoir capturer le beau son au bon moment pendant ses vacances, de la même manière qu'on peut prendre une belle photo.

Jonetsu 3.33

Je retiens surtout l'originalité du sujet qui permet aussi de souligner que des collaborations franco-japonaises se produisent dans divers domaines, et cela reste vraiment la caractéristique qui m'intéresse dans cette convention et qui me motive à revenir.

Jonetsu 3.33
 

Discuter de ce billet sur le forum - - Laisser un commentaire »

Voir aussi

Compte-rendu de la convention Jonetsu : Veni, vidi, pullum edi
Convention Jonetsu 2.0: I Could (Not) Miss It

Cet article vous a plu?

Faites-le connaître ou votez pour cet article sur les sites suivants :

  • anime manga aggregator sama
  • Partager sur del.li.cious
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google

Commentaires sur ce billet:

  1. Le 09/04/2018 à 17:55
    lololeboiteux a dit

    Alors je vais peut-être dire une bêtise mais sur ta partie "configuration de la salle" , l'ancienne salle de conférence de l'année dernière était bien utilisée là où se trouvait le stand des activités Thalie et une partie des stands amateurs.

  2. Le 09/04/2018 à 21:31
    Pazu a dit

    @lololeboiteux Oui tout à fait. J'ai amendé mon texte pour distinguer mon ressenti en entrant vs la réalité.

Ajoutez votre commentaire:

Merci de bien vouloir soigner votre orthographe et de proscrire le style SMS.


Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

 

↑ Haut de page