Animint

  Anime & manga

 
 
“Animint traite des dessins animés japonais et du manga. Outre ce blog, le site comporte plusieurs milliers de pages de texte illustré.”

Hommage aux personnalités disparues en 2018

Par le :: Découvertes

2018

La fin de l'année est un moment tradionnel pour rendre hommage aux personnes qui nous ont quittés en 2018 et qui travaillaient dans l'industrie de l'animation japonaise et des mangas. En plus des animateurs, réalisateurs ou encore dessinateurs de mangas, vous retrouverez aussi des scénaristes et des seiyû.

L'hommage sous forme de vidéo est placé à la fin de l'article, après la liste des personnalités citées et quelques mots sur leurs réalisations pour chacune.

Hommage 2018

  • Ursula K. Le Guin † le 22 janvier 2018, à 88 ans

L'écrivaine américaine de science fiction et de fantasy a un rapport avec l'animation japonaise du fait du film Les Contes de Terremer des studios Ghibli, inspiré tout droit de ses romans de sa saga Earthsea. Elle avait fini par autoriser Hayao Miyazaki de reprendre son univers, en connaissant les œuvres du réalisateur mais elle avait ensuite déchanté en apprenant que ce dernier ne dirigeait pas l'adaptation. Le film sorti en 2006 a en effet été réalisé par Goro, le fils Miyazaki.

  • Hiroki Takagi † le 2 février 2018, à 56 ans

L'animateur a travaillé sur bons nombre de productions de Studio Pierrot telle que Creamy Mami, Magical Emi ou encore Kimagure Orange Road. Il est ensuite connu pour sa participation à Pat Labor, où s'est chargé du character design sur le film WXIII, entre autres. Il a aussi dessiné les personnages sur Dominion Tank Police et parmi ses derniers travaux, nous pouvons citer Space Battleship Yamato 2199 et 2202.

  • Shinichi Koga † le 3 mars 2018, à 81 ans

Le mangaka spécialisé dans les récits d'horreur a surtout à son crédit Eko Eko Azarak publié entre 1975 et 1979 et qui a été l'objet de plusieurs adaptations en films live, en plus d'une série.

  • Isao Takahata † le 5 avril 2018, à 82 ans

Le réalisateur et co-fondateur des studios Ghibli est l'une des très grandes pertes de cette année. Son premier film Horus le Prince du soleil est déjà une œuvre marquante dans l'histoire de l'animation japonaise et tous ses films au sein de la structure Ghibli sont des chefs d'oeuvre du poignant Tombeau des Lucioles au Conte la princesse Kaguya, en passant par Les souvenirs goutte à goutte, Pompoko et Mes voisins les Yamadas. N'oubliez pas non plus son rôle en tant que producteur sur les premiers films de Hayao Miyazaki ni son rôle de mentor vis-à-vis de ce dernier.

Je vous renvoie à l'article Au revoir, monsieur Isao Takahata écrit cette année, au lendemain de sa disparition.

  • Osamu Shôji † le 30 avril 2018, à 85 ans

Le compositeur avait signé les musiques de plusieurs productions dans les années 70 et 80, telles que Adieu Galaxy Express 999, le film de Cobra, la Cité interdite ou encore Mes tendres années.

  • Yoshihiro Kuroiwa † le 8 mai 2018, à 55 ans

L'artiste a dessiné une vingtaine de mangas pendant sa carrière dont un, Kishin Dôji Zenki, a fait l'objet d'une adaptation pour le petit écran. Quelques uns de ses travaux sont sur des spin-off tirés de licences relativement connues telles que Macross Frontier ou Beyblade.

  • Hideki Saijo † le 16 mai 2018, à 56 ans

La chanteur a interprété quelques générique d'anime dont le premier générique de début sur Turn A Gundam et une des chansons de fin sur Chibi Maruko-chan. Dans cette dernière série, il avait un alter ego chanteur du même nom et à son image, qui a fait une dernière apparition posthume dans un épisode diffusé le 27 mai.

  • Shigeru Tsuchiyama † le 24 mai 2018, à 68 ans

Les derniers mangas qu'il a dessinés s'intéressent à la cuisine mais sa carrière a début au début des années 1970 et plusieurs de ses créations ont inspiré des séries télévisées animée (UFO Senshi Daiapolon) ou bien live (Kuishin Bô).

  • Shoji Mizuno† le 11 juin 2018, à 58 ans

Le designer a surtout travaillé dans l'industrie du jeu vidéo mais il a contribué à des adaptations en anime, notamment pour Bomberman et Beyblade.

  • Takahiro Satô † le 3 juillet 2018, à 41 ans

Il était l'auteur du manga Bachi Bachi dans l'univers du sumo, manga qu'il a dérivé en plusieurs séries. Son dernier arc est  Samejima, Saigo no Juugonichi qui s'interrompt au 20e tome relié, sorti par l'éditeur en octobre dernier.

  • Fujio Tokita † le 18 juillet 2018, à 81 ans

Le comédien a servi de narrateur sur Manga Nihon Mukashi Banashi, une série sur les contes classiques japonais inconnue chez nous mais qui a duré près de 20 ans au Japon, à raison d'un épsiode par semaine ! Nous connaissons plus sa voix grâce à sa prestation dans Laputa le château dans le Ciel, où il a joué le vieux Pom. Il était également Kukuruk dans Unico.

  • Akino Mimura † le 30 juillet 2018, à 60 ans

Elle a dessiné plusieurs shôjô mangas tels que 100-nen no Lyra ou encore Densetsu no Shôjo. À ma connaissance, ce n'était pas une mangaka publiée dans l'occident.

  • Jean-Yves Chatelais † le 31 juillet 2018, à 63 ans

J'ai retenu le nom du comédien pour son doublage d'Ishikawa dans Ghost in the Shell 2 Innocence.

  • Unshô Ishizuka † le 13 août 2018, à 67 ans

Il a doublé de nombreux personnages dans les anime, mais aussi pour des jeux vidéo et des films étrangers. Parmi ses voix connus, citons Jet Black dans Cowboy Bebop, Mr Satan dans Dragon Ball Super, Joseph Joestar dans les dernières séries de JoJo's Bizarre Adventure, ou encore Dino Golzine dans Banana Fish.

  • Kunihiro Abe † le 15 août 2018, à 60 ans

Sunrise a fait beaucoup appel à lui pour lui confier la responsabilité de l'animation des mechas dans de nombreux opus de Gundam, que ce soit Gundam Reconguista in G, Iron-Blooded Orphans ou encore Gundam 00. Quand il n'était pas directeur d'animation, il était animateur clef et il y a peu productions Gundam auxquelles il n'a pas contribué. Il a travaillé sur beaucoup d'autres licences, que ce soit à ses débuts sur les productions AIC telles que Project A-Ko, Bubblegum Crisis ou Burn Up, ou que ce soit sur un titre plus récent tel que Date A Live II.

  • Momoko Sakura † le 15 août 2018, à 53 ans

Elle est la créatrice de Chibi Maruko-chan, un manga parti sur une idée auto biographique où l'héroïne porte son nom, a 9 ans et souhaite devenir mangaka plus tard. La publication du manga a duré 10 ans, de 1986 à 1996 mais l'adaptation en anime perdure sans montre de signe de faiblesse. La 2e série qui a débuté en 1995 continue à être diffusée régulièrement, ce qui fait que nous approchons du cap des 1 200 épisodes.

  • Miyoko Asou † le 25 août 2018, à 92 ans

Elle apparaît aussi bien dans le cast des séries de 1968 que dans des productions plus récentes telles que les OAVs de The Ancient Magus' Bride en 2016. Elle est connue pour avoir tenu le rôle de Fune Isono jusqu'en 2015, le rôle de la mère de Sazae depuis les débuts de l'interminable série Sazae-san, c'est-à-dire en 1969 ! Elle était également la voix de Cologne dans Ranma ½ ou encore Pinako Rockbell dans Fullmetal Alchemist.

  • Kirin Kiki † le 15 septembre 2018, à 75 ans

L'actrice était un visage connu du grand écran, où elle a joué dans les films de Hirokazu Kore-eda, entre autres. Parmi ses doublages, nous retiendrons son rôle de Haru, la servante (trop) dévouée dans Arrietty le petit monde des chapardeurs.

  • Yasuyuki Kunitomo † le 20 septembre 2018, à 65 ans

Nous lui devons une trentaine de mangas dont 100-oku no Otoko ou encore Junk Boy qui a fait l'objet d'une adaptation en OAV.

  • Hikaru Miyata † le 23 septembre 2018, à 87 ans

L'acteur a doublé quelques personnages d'anime dont Homura Mitokado dans Naruto.

  • Kô Takashina † en octobre2018, à 76 ans

Le scénariste a travaillé sur les séries parties II et III de Lupin III.

  • Kôji Tsujitani † le 17 octobre 2018, à 56 ans

Parmi les nombreux rôles de ce seiyû, vous en avez plusieurs de très connus : Miroku dans Inu Yasha, Tylor de The Irresponsible Captain Tylor, Yakumo Fujii de 3x3 Eyes, auquel je rajouterai Dewey Novak, le principal antagoniste dans Eureka Seven.

  • Nobuo Tanaka † le 17 octobre 2018, à 83 ans

Ses derniers rôles remontent à assez longtemps. Parmi les personnages qu'il a doublés, vous pouvez connaître Dio dans les OAVs de Jojo's Bizarre Adventure, le cardinal Richelieu dans Anime Sanjushi ou encore Sosai X dans la série Gatchaman originale.

  • Keiichiro Kimura † le 19 octobre 2018, à 80 ans

C'est une autre sommité de l'animation japonaise qui a disparu en 2018. Il avait rejoint Toei Animation en 1961 et a poursuivi sa carrière jusqu'en encore récemment vu qu'il a été animateur clef sur les films de Berserk de 2014 et même la série Drifters qui date de 2016. Il était le père de Takahiro Kimura, le chara designer de Code Geass.

  • Yu Asagiri † le 27 octobre 2018, à 62 ans

La mangaka a débuté avec des œuvres du genre shôjô et son Nana Iro Magic a remporté un Kodansha Manga Award en 1987. Ensuite, elle a bifurqué dans des domaines qu'il l'attiraient plus, en composant des titres plus adultes et/ou yaoi.

  • Tetsuo Goto † le 6 novembre 2018, à 68 ans

Le seiyû a prêté sa voix à beaucoup de personnages d'anime, tels que Gowasu dans Dragon Ball Super, Ivica Tanovic dans Eureka Seven et Hannyabal dans One Piece.

  • Mahito Tsujimura † le 27 novembre 2018, à 88 ans

Vous pouvez retenir son nom pour avoir joué le roi Jihl dans Nausicaä mais il était aussi la voix de Dai Kaiöshin dans Dragon Ball Z et Konoemon Konoe dans Negima.

  • Toshiko Fujita † le 28 décembre 2018, à 68 ans

Les plus jeunes la connaissent pour avoir été la voix de Taichi Yagami dans Digimon ou encore Big Mama dans One Piece. Elle a eu des rôles clefs dans des anime anciens, en étant par exemple Dai dans Dragon Quest, Rui dans Cat's Eyes, Rally Cheyenne dans Silent Möbius ou encore Jeanne Royal dans Cobra

Discuter de ce billet sur le forum - - Laisser un commentaire »

Cet article vous a plu?

Faites-le connaître ou votez pour cet article sur les sites suivants :

  • anime manga aggregator sama
  • Partager sur del.li.cious
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google

Ajoutez votre commentaire:

Merci de bien vouloir soigner votre orthographe et de proscrire le style SMS.


Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

 

↑ Haut de page