Animint

  Anime & manga

 
 
“Animint traite des dessins animés japonais et du manga. Outre ce blog, le site comporte plusieurs milliers de pages de texte illustré.”

Nausicaä au festival de Corbeil-Essonnes en 1992

Par le :: Manifestations

1995 , films , isao_takahata , ghibli , 1999 , animes

La sortie prochaine au cinéma du film Nausicaä me fait souvenir de la première fois où j’ai eu la chance de le visionner. Je parle bien de la version intégrale et non pas de la version raccourcie, pour ne pas dire massacrée, qui était intitulée la Princesse des  étoiles. C’était en 1992, pendant le 13ème festival pour enfants de Corbeil Essonne. Le festival, orienté cinéma au sens large, n’avait pas pour vocation de traiter des productions japonaises mais chaque année, pendant un mois, il permettait de faire découvrir les œuvres cinématographique d’un pays en particulier. En 1992, c’était au tour du Japon, avec un bon nombre de dessins animés et notamment deux studios à l’honneur : le studio Ghibli et le studio Tezuka.

À l’époque, la communication sur l’événement a été plutôt importante avec beaucoup d’affiches dans toutes les gares de la région et des relais dans les principaux médias du coin. On reconnaît que l’affiche officielle est construite à partir de matériel du long métrage Mon voisin Totoro mais il ne s’agit pas d’une capture du film, le personnage du film dans cette même scène, Satsuki, étant différente de celle de l’image.

Affiche 

Point de vue programmation, mise à part peut être la biennale d’Orléans en 1995, il faudra attendre le festival des nouvelles images du Japon en 1999 pour avoir un programme aussi riche : Les cinémas de Corbeil-Essonnes ont projeté l’intégralité des long métrages Ghibli parus jusqu’à alors, de Nausicaä à Omohide Poroporo, avec en plus des production indépendantes de la société Youmek telles que Goshu joue du violoncelle ou Jusqu’à ce que la Lune soit haute. Il y avait notamment bon nombre de courts et moyens métrages du studio Tezuka, dont beaucoup n’ont sans doute jamais été projetés à nouveau en France: Si la Légende de la forêt, Unico et Jumping ont quand même un succès d’estime auprès des français, que dire de l’obscure Course dans le vent ou du Chat vert.

Avec un tarif étudiant à cinq francs la séance, le plein tarif étant à dix francs, vous n’aviez guère de question à vous poser et vous pouviez vous permettre de tout voir. Les organisateurs n’avaient que des versions originales à projeter, bien sûr, et sans doute faute de moyen, aucune version n’était sous-titrée, pas même en anglais. Les studios japonais étaient encore moins ouverts sur l’étranger que maintenant. En fait, les dessins animés passaient en traduction simultanée : Une interprète était dans une cabine et traduisait le film à la volée. C’est un concept un peu difficile à s’imaginer maintenant mais cela se faisait régulièrement dans les conventions de japanimation, jusqu’au lancement des éditions occidentales dans le milieu des années quatre vingt dix.

Pour revenir au festival de Corbeil-Essonnes, non seulement il y a avait là un bon nombre d’œuvres exceptionnelles mais également des invités de marque, avec notamment Isao Takahata, qui faisait là, un de ses nombreux petits séjours en France. Ce dernier était d’ailleurs présent à la projection de Nausicaa et il nous a mentionné avant la séance que le film comportait quelques scènes d’animation dont il était content et qui valaient le coup d’œil. On aurait cru qu’il nous présentait un petit travail expérimental…

Nausicaä avec Teto

 

Discuter de ce billet sur le forum - - Laisser un commentaire »

Cet article vous a plu?

Faites-le connaître ou votez pour cet article sur les sites suivants :

  • anime manga aggregator sama
  • Partager sur del.li.cious
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google

Commentaires sur ce billet:

  1. Le 07/09/2006 à 10:14
    BluePatch a dit

    Moi j'étais là en 92 ;o)

  2. Le 14/11/2006 à 01:23
    benjamin a dit

    J'y étais aussi, serai-t-il possible d'avoir la liste complète des films qui y étais diffuser

  3. Le 12/10/2007 à 18:24
    la petite fe a dit

    houa vous conaiser totoro pour ceux qui lise c'est trop bien :meme realisatreur

  4. Le 10/10/2008 à 09:40
    dkwarerumono a dit

    C'est dommage que je fus complètement désintéressé et trop jeune à l'époque pour aller voir ça, j'habite à côté :/

  5. Le 03/05/2016 à 18:57
    Yvan a dit

    J'y étais, j'ai un souvenir assez précis de la projection de Totoro au CAC et de Nausicaa à l'Arcel avec Takahata et la séance de question réponse en fin de film.

    Quand j'y repense, c'est assez dingue...

Ajoutez votre commentaire:

Merci de bien vouloir soigner votre orthographe et de proscrire le style SMS.


Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

 

↑ Haut de page