Animint

  Anime & manga

 
 

Hoshi wo Ou Kodomo

Hoshi wo Ou Kodomo
 

Connectez-vous pour noter ou commenter cette entrée et bénéficier de recommandations personnalisées!

Fiche technique

Autres titres 星を追う子ども (japonais)
Voyage vers Agartha (français)
Children Who Chase Lost Voices from Deep Below (anglais)
FormatFilm
StudioCoMix Wave
GenreRomance / Aventure / Drame / Fantastique / Tranche de vie
Période2011
Durée116 min
Interêt global   aidecoeur2.gif
StaffAuteur : Makoto Shinkai
Réalisation : Makoto Shinkai
Scénario : Makoto Shinkai
Character design : Takayo Nishimura
Direction artistique : Takumi Tanji
Musique : Tenmon

Résumé

Asuna Watase a pris l'habitude de braver les interdits en empruntant le pont de la voie ferrée pour grimper en haut de son rocher, dans les montagnes, là où elle capte mieux les ondes. A l'aide de son poste de radio bricolée, elle s'amuse à capter les différentes émissions et notamment les mélodies. Un jour, elle capte une mélodie, dont la beauté transporte son âme et va bien au-delà d'une simple musique.

Peu de temps après, Asuna fait la rencontre d'un étrange garçon, Shun, qui la sauve des griffes d'un monstre, que les autres témoins prennent pour un ours. Le garçon semble avoir élu domicile non loin du repère de la jeune fille dans la montagne et il lui déconseille de revenir dans la forêt, mais Asuna est suffisamment intriguée pour le revoir. La nuit approchant, leur discussion est écourtée: Shun laisse juste entendre qu'il vient d'un pays étranger, Agartha. Asuna compte lui poser d'autres questions le lendemain, mais le jour d'après, personne ne se présente aux alentours du rocher, alors qu'il pleut des cordes.

A l'école, un nouveau professeur remplaçant, Ryûji Morisaki, commence ses cours avec une séance de lecture abordant un thème pour le moins atypique, où il mentionne Agartha et la véritable nature de ce pays.

Editions en France

DVD chez Kaze - Collection complète
Blu-Ray chez Kaze - Collection complète
Popularité parmi les membres d'Animint
3 personnes l'ont vu
1 personne ne s'y intéresse pas
3 personnes souhaitent le voir
2 personnes l'ont dans leur collection

Commentaire

Makoto Shinkai n'en est plus à son premier long métrage, après Cinq centimètres par second et la Tour au-delà des nuages mais il quitte son style purement contemplatif pour aborder un récit avec un peu plus l'accent de l'aventure et des contes. Nous commençons par des scènes de la vie quotidienne de la vie d'Asuna à l'arrivée rapide de Shun et des événements surnaturels. L'introduction se termine avec le début du voyage vers Agartha, qui prend la tournure d'un voyage initiatique pour tous les protagonistes, jusqu'à la destination finale et les fortunes diverses des uns et des autres.

Dès les premières minutes, vous avez l'impression de regarder une production des studios Ghibli. C'est flatteur quant à la qualité technique du film et d'ailleurs, il n'y a aucune raison pour que Hayao Miyazaki et ses collaborateurs aient le monopole sur les récits d'aventures à la Mononoke Hime ou les Contes de Terremer. En revanche, il est regrettable de noyer Hoshi wo Ou Kodomo avec de nombreuses scènes ou allusions directement tirées des films de Miyazaki.

C'est sans doute tiré par les cheveux de faire un parallèle entre Asuna et Kiki de Majo no Takkyûbin mais quand la jeune fille a son chat qui lui grimpe sur les épaules, vous revoyez Nausicaä et Têto, de Kaze no tani no Naushika. Il nous a fallu du temps pour comprendre que l'animal était sensé n'être qu'un chat et que nous n'étions pas déjà dans un monde complètement imaginaire, dès l'introduction.

Les allusions aux films de Ghibli, se succèdent sans arrêts, que ce soit les chevauchées ou les instants de repos, tirées de Mononoke Hime, ou les accoutrements qui rappellent les Contes de Terremer. Le titre le plus visible est sans doute Tenkû no Shiro Laputa, avec une nouvelle pierre bleue, des plongées dans l'eau qui rappellent les vestiges noyés du château et surtout une scène calquée sur l'arrivée du paisible robot.

Il aurait pu y avoir un hommage aux films Ghibli, sans que cela ne tourne au pillage. De tels plans agacent pendant la projection du film, de la même manière, où la reprise des noiraudes de Totoro passent moyennement dans le Voyage de Chihiro.

Un autre étonnement est la description du pays Agartha, à la fois contrée oubliée sur le déclin et pays magique. Le voyage des protagonistes est cohérent mais l'apparition de personnages, pour ne jamais les revoir par la suite, surprend un peu. Cela donne l'impression que le scénario a été écrit au fur et à mesure du film. Une autre caractéristique de Miyazaki, qui, lui, a cette habitude.

Tout ceci est d'autant plus dommage, qu'Hoshi wo Ou Kodomo a des arguments à faire valoir et qui lui sont propres. Les paysages orchestrés par Takumi Tanji sont sublimes et les musiques de Tenmon sont vraiment à la hauteur de la qualité technique du film, pour soutenir le rythme et enrichir l'atmosphère. Des scènettes sont insérées ci et là pour provoquer un moment d'émotion mais dès qu'elles sont classées "inspirées par Miyazaki", l'effet tombe à l'eau. D'un autre côté, quelqu'un qui n'aurait jamais vu aucun film des studios Ghibli, a des chances d'y être sensible et de beaucoup aimer.

Le réalisateur récite ses classiques pendant les quelques combats, autant de scènes d'action, soit à l'arme lourde, soit à l'arme blanche. En général, la mise en scène tempère habillement le séquencement des plans, avec un temps d'arrêt sur les paysages ou un détail, avant de revenir sur les personnages.

Le point fort du film est d'aborder le thème de la mort d'une manière très délicate. Nous sommes à mille lieux des shônen tel que Fullmetal Alchemist, qui mêle l'accès à l'au-delà à une quête du Graal avec des batailles et des combats dans tous les sens. A l'opposé, nous ne sombrons par dans une introspectives inintelligible à la Ghost in the Shell. En ce sens, Hoshi wo Ou Kodomo est à rapprocher de Kaze no Tairiku, qui est un titre de référence sur ce thème, avec un aspect épouvante moins prononcé quand même.

Il est impossible d'aller juste à classer certains passages dans le genre horreur, mais la peur est quand même présente avec des monstres bien sentis ci et là, et des endroits qui n'inspirent pas confiance. Makoto Shinkai nous offre un film entre deux eaux, à la fois pour le grand public via son héroïne qui se découvre et quelques effets bisounours, et aussi pour un public plus exigeants.

L'importance relative des personnages est remarquable. Sans surprise, Asuna a un rôle central mais Ryûji Morisaki a un poids beaucoup plus fort que celui du ou des héros. Là, où 99% des films nous serviraient un Ryûji en tant que méchant de service, tel que le colonel Muska - pour continuer les analogies avec Laputa -, Makoto Shinkai nous dresse un portrait tout de suite plus ambigüe et surtout consistant de bout en bout. Ryûji poursuit aussi son voyage initiatique et nous fait grâce d'un retournement de veste à la dernière minute.

D'un autre côté, nous aurions aimé une présence plus forte des héros, même si l'influence de Miyazaki est encore perceptible avec la prédominance d'un personnage féminin. Asuna est méritante, très bonne élève en classe, tout en s'occupant des tâches ménagères à la maison, pour aider sa mère qui accumulent les gardes à l'hôpital, en l'absence du père, décédé. Bizarrement, la mort du père a très peu d'impact sur l'histoire du film, même si cela nous vaut une scène émouvante au début.

En conclusion, Hoshi wo Ou Kodomo est un film abouti, avec un thème solide, et d'une grande qualité. Il est étonnant qu'il ait connu une sortie si confidentielle au Japon, avec seulement 20 salles pour sa première semaine d'exploitation. En revanche, les moult références directes ou les inspirations communes avec les productions des studios Ghibli parasitent plus le film qu'ils ne le servent.

Avis

Un très bon film dans son ensemble. Une histoire rondement menée, et une fin à la fois poétique et magique suivie d'un retour à la banalité mais avec un enseignement riche de sens qu'on ne risque pas d'oublier.^^ (Le genre de film où on ne veut pas voir la fin arrivée). On a l'impression de baigner dans l'univers des studios ghibi sans vraiment y être. Un hommage plus qu'un parodie, ce film a le mérite de s'être inspiré de ce qui se fait de mieux et d'avoir pu être dans ce cadre à la fois classique et original. Les graphismes sont tout simplement magnifiques et je n'ai rien à dire quand à la fluidité de l'action ou encore de l'histoire qui prend le temps de se dérouler ni trop rapidement ni trop doucement, avec des moments de pauses très agréables et de toute beauté. L'histoire en elle même est très envoûtante, un conte splendide et une ode à la vie. C'est le genre de film où on veut encore plus de détails!! (bien qu'il dure déjà pratiquement deux heures). Mon seul gros bémol, c'est la musique, parfois très agréable et complètement en osmose avec l'action et l'histoire, et parfois un peu (beaucoup ?) gnan-gnan, ce qui gâche la beauté de certains moments. Enfin bref, un film à voir! Alors si vous avez le temps : ENJOY IT!

Soumis par Cat_Mimille le 23 fvrier 2012

Avis des membres d'Animint

Appréciation Générale : 4,8
Animation : 4,8
Graphisme : 4,8
Personnages : 4,0
Histoire : 4,2
Bande son : 4,0

Entrez vos notes

Nombre de votes : 4

Titres en relations

Hoshi wo Ou Kodomo (Film)

↑ Haut de page