Animint

  Anime & manga

 
 

Kôkaku Kidoutai - Shin Gekijôban

Kôkaku Kidoutai - Shin Gekijôban
 

Connectez-vous pour noter ou commenter cette entrée et bénéficier de recommandations personnalisées!

Fiche technique

Autres titres Kôkaku Kidoutai - Shin Gekijôban (romanji)
攻殻機動隊 新劇場版 (japonais)
Ghost in the Shell New Movie (anglais)
FormatFilm
StudioIG
GenreScience Fiction / Drame / Electronique / Suspense / Mécaniques
Période2015
Durée110 min
Interêt global   aidecoeur1.gif
StaffAuteur : Masamune Shirow
Réalisation : Kazuchika Kise , Kazuya Nomura
Scénario : Tow Ubukata
Character design : Kazuchika Kise
Musique : Cornelius
Direction de l'animation : Tru kubo

Résumé

Motoko Kusanagi a quitté l'organisation 501 mais n'a pas encore rejoint la section 9 dirigée par Daisuke Aramaki. Ce dernier cherche à la recruter, elle et ses hommes, mais pour l'heure le major a réussi un gros coup : Elle a négocié directement avec le cabinet du premier ministre pour obtenir un budget spécial alloué à sa petite unité.

La première mission est de neutraliser une poignée de soldats qui ont pris une cinquantaine d'otage dans une ambassade. Les forces de police, forte de 200 hommes, qui assiègent le bâtiment sont tenus en échec face aux individus cybernétiques, lourdement armés. 

Une telle opposition ne fait cependant pas le poids face au major Kusanagi, Togusa, Saito, Batou et les autres membres de l'équipe, supportés en plus par les robots Logicoma en renfort. L'assaut est mené vite fait et bien fait mais des imprévus viennent changer la donne.

Commentaire

L'histoire s'inscrit en tant que prologue immédiat au manga original et au premier film de Ghost in the Shell, mais il faut surtout le voir comme la suite, voire l'aboutissement des volets Ghost in the Shell Arise, qui relatent la jeunesse de Motoko Kusanagi. Avoir vu Arise permet de resituer les personnages orignaux de l'ancienne unité 501 et ex-collègues du major. Nous retrouvons d'autres protagonistes, avec des rôles secondaires mais surtout le même fil conducteur qui relie une partie des épisodes dans Arise. Connaître ces éléments permet de débroussailler l'intrigue, qui est particulièrement dense si vous commencez à vouloir entrer dans les détails, entre les complots et les jeux de dupes.

L'univers de la franchise fait perdre les repères avec les différents pays ou alliances, sorties de l'imaginaire mais le cheminement est plutôt classique. La réalisation offre une place au dialogue et à la réflexion, mais n'hésite pas à prendre quelques raccourcis pour ne pas semer le spectateur qui aurait décroché . La remarque que sort Batou après un exposé alambiqué de la situation, l'illustre bien : "Mais nous, nous allons foncer dans le tas". L'équipe n'oublie le public friand de scènes d'action et nous distribue de beaux lots de combats à coups de nouvelles technologies et d'armements lourds.

Le procédé est quelque peu agaçant car d'un côté vous avez une analyse fine des tenants et des aboutissants par les différents acteurs, qui foncent tête baissée dans un piège grossier quelques instants après. Le contraste rend le scénario peu crédible.

À la décharge du film, son intérêt ne réside pas que dans son intrigue. Il y a d'abord son spectacle visuel et toutes les facettes de l'univers futuriste de Ghost in the Shell, entre les cyborgs et la représentation des mondes virtuels. C'est une habitude dans les différents films ou épisodes de la série, mais ce film en rajoute une couche avec les bouleversements qui surviennent même pendant cette époque lointaine. Les soldats sont par exemple désorientés par la disparition programmée du ministère de la Défense alors que la mode est aux milices privées et à l'externalisation, voire la délocalisation. De même, il est question de corps artificiels qui arrivent en fin de vie, alors que Motoko représente une nouvelle génération capable de renouveler son corps.

Viennent ensuite se greffer les réflexions traditionnelles sur l'âme, avec cette ambiguïté de savoir qui est humain ou machine, et une pensée sur l'au-delà qui existait déjà dans le manga. Ces propose enrichissent l'atmosphère mais restent second plan , interrompus régulièrement par les scènes d'action et finalement sans véritable emprise sur le film.

Un aspect plus intéressant est le passé dévoilé de Motoko et ses rapports avec d'autres protagonistes, qui vont au-delà du simple rapport hiérarchique. Là aussi, les instants sont fortuits entre deux combats, mais ils apportent un éclairage sur la personnalité du major et dévoile une part du mystère de ce personnage emblématique.

En conclusion, un spectateur peu averti découvrira un film de science fiction de haut standing visuel, rythmé par des belles scènes de combats et une intrigue linéaire, s'il faut abstraction des détails qu'il ne comprend pas. Un fan plus connaisseur appréciera en plus de retrouver l'univers de la franchise et une nouvelle facette de l'héroïne qu'il connaît, et toujours aussi peu de réponse aux sempiternelles  questions qui jonchent les productions de Ghost in the Shell.

↑ Haut de page