Animint

  Anime & manga

 
 

Myself Yourself

Myself  Yourself
 

Connectez-vous pour noter ou commenter cette entrée et bénéficier de recommandations personnalisées!

Fiche technique

Autres titres マイセルフ;ユアセルフ (japonais)
FormatSérie
StudioDogakobo
GenreRomance / Ecole / Drame
Période2007
Épisodes13
Durée25 min
Interêt global   aidecoeur1.gif
StaffRéalisation : Tetsuaki Matsuda, Yasuhiro Kuroda
Scénario : Go Zappa
Character design : Tomoya Hiratsuka
Direction artistique : Shinji Takasuga

Résumé

Le récit débute par une fête entre enfants à l'occasion du déménagement du petit Sana Hidaka. Ses quatre amis l'entourent : Shû, l'autre garçon du groupe, ensuite Shûri la soeur jumelle de Shû, puis Aoi, qui a préparé le gâteau et enfin Nanaka, qui offre un récital au violon en guise de cadeau d'adieu. Cette dernière interrompt sa prestation en cours de route car elle n'a pas eu le temps d'apprendre à jouer l'ensemble du morceau mais elle promet à Sana qu'elle le saura en entier, lorsqu'il reviendra les voir.

Le prologue s'achève avec le départ de Sana en train qui voit son ami Shû au loin, par la fenêtre, en train de lui crier quelque chose, qu'il ne peut pas attendre.

Cinq années passent et Sana revient enfin dans sa ville d'origine, Sakuranomori, un endroit à caractère encore rural avec des étendues cultivées et de vastes forêts. Il retrouve ses marques même si quelques changements ont eu lieu dans la ville depuis son départ. Il compte y passer son année scolaire et il a été transféré dans le lycée du coin.

Sana se rend jusqu'au temple, où il garde un bon souvenir des fêtes estivales qui s'y tenaient pendant son enfance. Là, il aperçoit furtivement une prêtresse qui lui jette un regard glacial. Passant son chemin, il préfère aller se faire dire la bonne aventure à un autre stand. Il revient ensuite en ville, vers le petit studio où il va emménager et qu'il loue aux parents d'Aoi Oribe.

Arrivé sur place, Aoi l'accueille chaleureusement et Sana a du mal à la reconnaître. La petite fille est devenue une charmante demoiselle à forte poitrine, avec des lunettes et d'une vitalité déconcertante. Elle est très heureuse de son retour et invite le garçon à manger avec toute sa famille le soir.

Au lycée, Sana retrouve dans sa classe Shû et Shûri, qu'il reconnaît immédiatement. Alors qu'il demande des nouvelles de Nanaka, quelqu'un s'approche d'eux. Sana reconnaît la prêtresse qu'il a entraperçue la veille mais pas du tout qu'il s'agit de son amie d'enfance, alors que c'est Nanaka!

Cela lui vaut une volée de bois vert de la part de la jeune fille qui lui tourne les talons. Alors que tout se passait bien jusqu'à présent avec un retour aux sources sans soucis, Sana a fort à faire pour recoller les morceaux avec celle il était pourtant le plus proche, par le passé. Nanaka peut difficilement se montrer plus froide et distante qu'elle ne l'est envers lui. A croire que son caractère s'est métamorphosé au cours de ces cinq années.

Autres ressources sur Animint

Recherches sur le net

Popularité parmi les membres d'Animint
1 personne a abandonné
5 personnes l'ont vu
2 personnes souhaitent le voir
1 personne l'a dans sa collection

Commentaire

Myself Yourself est à ranger parmi les anime à harem avec un personnage principal entouré d'une tripotée de filles. L'autre garçon, Shû, se positionne au début comme faire valoir ou pour détendre l'atmosphère par ses pitreries avec sa sur. Les gros plans sur la poitrine d'Aoi en disent long sur le côté fan service qui s'affiche dès le premier épisode. Celui-ci débute avec des gamins, avant de passer à des émois adolescents avant de finir par un zeste d'histoire romantique qui commence mal, sur le modèle classique du personnage tsundere de Nanaka, qui devrait finir par succomber aux charmes du héros. Nous remarquons ensuite que character design de Tomoya Hiratsuka est plaisant mais sans plus.

Dans ce contexte, il paraît improbable de trouver un quelconque intérêt à suivre cette histoire et pourtant, Myself Yourself est l'un des titres les plus intéressants à suivre parmi les romances sorties en 2007. Il se situe loin des récits romantiques purement shôjô et il a un aspect dramatique très prononcé. Les auteurs se sont bien garder de sombrer dans une histoire noire à l'extrême, voir complètement caricaturale à la School Day.

Des mystères planent autour des protagonistes, que ce soit pour Nanaka et son changement de caractère incompréhensible aux yeux de Sana, ou que ce soit pour ce même Sana, qui cache visiblement la raison de son retour.

En seulement treize épisodes, d'autres éléments tragiques surviennent et viennent plomber l'atmosphère. L'accumulation des événements qui n'ont pas de rapport direct entre eux est en revanche un peu dure à avaler et rend l'ensemble pour le moins invraisemblable. Est-ce un besoin de remplissage qui a dicté ce choix ? Toujours est-il que c'est relativement dommage car la trame principale et son dénouement tiennent bien la route et sont fort bien menés jusqu'au bout.

Notez que l'atmosphère prend une tournure plus joyeuse par moment, avec des scènes conventionnelles regroupant les amis autour de Sana. A l'instar d'autres titres classiques, un triangle amoureux se forme et certains tableaux offrent des instants de fraîcheur et de pur romantisme. Le personnage de Nanaka fait d'ailleurs penser à la grande Madoka Ayukawa de Kimagure Orange Road, par son physique, son amour de la musique et son caractère à la fois revêche et emprunt de jalousie.

De la même manière qu'il a débuté avec un prologue, l'anime s'achève sur un épilogue, avec une séquence qui regroupe les différents protagonistes et qui donne des indications sur leurs parcours après les épisodes de la série, des destins pour le moins atypiques pour certains.

Avis des membres d'Animint

Appréciation Générale : 3,2
Animation : 3,7
Graphisme : 4,0
Personnages : 3,3
Histoire : 3,0
Bande son : 3,7

Entrez vos notes

Nombre de votes : 6

↑ Haut de page