Animint

  Anime & manga

 
 

Sword Art Online - Ordinal Scale

Sword Art Online - Ordinal Scale
 

Connectez-vous pour noter ou commenter cette entrée et bénéficier de recommandations personnalisées!

Fiche technique

Autres titres 劇場版 ソードアート・オンライン -オーディナル・スケール- (japonais)
FormatFilm
StudioA-1 Pictures
GenreScience Fiction / Arts martiaux / Romance / Fantastique
Période2017
Durée119 min
Interêt global   aidecoeur1.gif
StaffAuteur : Reki Kawahara
Réalisation : Tomohiko Ito
Scénario : Reki Kawahara , Tomohiko Ito
Character design : Shingo Adachi
Direction artistique : Takayuki Nagashima
Musique : Yuki Kajiura
Character design original : abec
Direction de l'animation : Shingo Adachi

Résumé

Après la mode des mondes virtuels, la réalité augmentée a pris le relais avec un équipement portable plus léger et moins intrusif que les casques. Le concept dépasse largement le domaine des jeux et a des applications concrètes dans la vie quotidienne avec notamment l'implication de nombreux sponsors qui se sert de ce nouveau canal pour leurs campagnes marketing. Kazuto Kirigaya, alias Kirito, n'est pas spécialement intéressé mais sa petite amie Asuna Yûki et ses autres connaissances se sont pris au jeu avec un aspect pratique tel que remporter des bons de réduction en gagnant une partie avec ce nouveau système.

En parallèle de l'outil d’appoint pour la vie de tous les jours, Ordinal Scale s'est imposé en tant que jeu grandeur nature, où des zones de Tôkyô se transforment en aires de combat pour les utilisateurs inscrits avec leur appareil de réalité augmentée. Son succès est bien orchestré avec l'apparition d'une idole virtuelle, Yûna, avec son lot de chansons à succès, une part de mystère sur sa véritable nature et un grand concert à venir. Keiko Ayano (Silica), Rika Shinozaki (Lisbeth) et Ryôtarô Tsuboi (Klein) sont totalement fans et ce ne sont pas les seuls.

Ryôtarô Tsuboi est à l'aise dans Ordinal Scale avec son groupe qui fait parler l'expérience acquise pendant leur captivité dans Sword Art Online. Là encore, Kazuto est plutôt indifférent à ce nouveau jeu et reste fidèle à ses habitudes de plonger dans les mondes virtuels pour discuter avec ses amis. Il tend cependant une oreille attentive quand il apprend que les monstres dans Ordinal Scale sont les mêmes quand dans Sword Art Online. Avec Asuna qui l'accompagne pour le motiver, il décide finalement de participer à une des ces parties en pleine ville et il y reconnaît effectivement un boss de Sword Art Online.

Si les armes, les armures et les monstres sont également virtuels en réalité augmentée, il faut quand même se déplacer et sauter avec son vrai corps, ce qui est moins facile que dans un mode virtuel total où les lois de la physique ne comptent pas vraiment. S'il connaît parfaitement la tactique pour venir à bout du boss, Kazuto n'a cependant pas le physique pour combattre en vrai, contrairement à ses compagnons déjà habitués au jeu.

À part l'apparition des anciens monstres de Sword Art Online, rien ne semble cependant sortir de l'ordinaire dans Ordinal Scale mais d'autres indices et événements conduisent progressivement à penser le contraire.

Popularité parmi les membres d'Animint
1 personne l'a vu

Commentaire

Deux séries ont été déjà produites à partir des romans de Sword Art Online, elles-mêmes constituées de plusieurs arcs qui se passent dans plusieurs mondes virtuels, avec d'une multitude de personnages qui ont soit rejoint la sphère d'amis proches de deux héros Asuna et Kazuto, ou bien qui ont été simplement croisés puis oubliés. Après la 2e série, il a fallu deux ans pour produire un film assez ambitieux, qui dure deux heures et qui s'inscrit dans la continuité.

L'approche pertinente a été d'opter pour la réalité augmentée en l'opposant aux mondes virtuels. Le concept est abordé sous divers angles, avec son aspect pratique plus que son côté ludique ou encore la chute de popularité et de fréquentation des mondes Alfheim Online ou Gun Gale Online, qui étaient les attractions dans les arcs des deux séries. Kazuto avait une position de guerrier tout puissant où il allait, seulement bloqué par les maîtres du jeu et il n'est pas désagréable de le voir revenir à ses fondamentaux et à un autre type de défi.

Comme beaucoup de long métrages qui arrivent après les séries, le film Sword Art Online Ordinal Scale prend soin des fans. Cela passe par quelques plans dénudés d'Asuna et le répertoire de chansons de Yûna en vue des vente d'un nouvel album, mais également par le soin de faire apparaître un maximum de personnages dans le scénario. Cela amène quelques images fortes mais aussi un sentiment de fouillis et de dispersion à force d'en faire trop. Du coup, il est impossible d'accorder un temps d'apparition et le même degré d'implication à tout le monde. Sinon a une place a peu près adéquate et Silica et Lisbeth ont des rôles quasiment plus importants qu'attendus tandis que Suguha Kirigaya (Leafa) est particulièrement en retrait et c'est un dommage car parmi les "gentils", c'est la protagoniste la plus à même à combattre en vrai en tant que pratiquante assidue de kendo. D'autres histoires dans l'histoire sont aussi survolés : Un problème est résolu mais sans vraiment que le spectateur s'aperçoit qu'il y avait vraiment un avant, à part quelques remarques à ce sujet ci et là.

L'autre inconvénient d'avoir une foule d'acteurs est de manquer de repères quand vous ignorez qui est qui, ou si vous avez juste oublié quel personnage a tel avatar dans tel monde virtuel. C'est un peu déroutant et quelqu'un qui ignore tout des séries précédentes doit manquer plusieurs détails, telle que la nature des contacts auxquels Kazuto fait appel pour avancer dans son enquête, ou tels que les personnages qui surgissent d'outre tombe. Les quelques divagations pseudo scientifiques doivent être aussi plus compliquées à assimiler, quand vous ignorez tout de Sword Art Online.

Pour le besoin de l'histoire, de nouveaux protagonistes apparaissent mais là aussi, leurs motivations sont passés un peu rapidement, le long métrage faisant la part belle aux scènes d'action. Ils auraient peut être mérité un peu plus d'attention et d'avoir des portraits plus nuancés, plutôt que de ne retenir que leur attitudes de fous furieux aveugles, prêts à tout. Même remarque pour Yûna qui a sa part de secret mais dont le portrait reste succinct et insuffisant alors que c'est un personnage qui aurait pu devenir ecnore plus attachant.

En revanche, nous retrouvons une Asuna beaucoup plus charismatique que dans son rôle de princesse à sauver ou réduite à de la compassion. Elle retrouve enfin sa stature de combattante à travers ce film, même si elle a toujours un moment où elle se pose en victime. Le cheminement est un peu bateau mais au moins, cela évolue dans la bonne direction. De même, sa relation avec Kazuto évolue aussi à pas de velours mais leur attitude est quand même beaucoup moins platonique que ce que nous ont servi tous les épisodes après le premier arc de Sword Art Online et ils apparaissent presque comme un couple habituel de lycéens qui pensent de plus en plus sérieusement à leur future ensemble.

Les scènes d'action ont une part importante quand vous cumulez leur temps, sans pour autant limiter l'intrigue à une succession de combats. La mise en scène est très efficace avec un beau mélange de couleurs et de jolis mouvements. Ces moments offrent un très bel effet au niveau visuel et ils rythment bien l'histoire en parallèle de l'enquête principalement menée par Kazuto qui adopte une démarche plus proche des investigations policières.

En conclusion, il ne faut pas chercher une très grande originalité dans Sword Art Online Ordinal Scale et le scénario est un melting-pot pot d'éléments classiques, mais  équilibré entre les scènes combats, les moments réflexions et les tableaux romantiques qui font la richesse de ce film, qui laissera au moins sa marque via son feu d'artifice final, même si vous n'êtes pas totalement convaincus par le scénario et ses personnages.

Avis des membres d'Animint

Appréciation Générale : 4,0
Animation : 5,0
Graphisme : 3,5
Personnages : 3,5
Histoire : 3,5
Bande son : 3,0

Entrez vos notes

Nombre de votes : 1

↑ Haut de page