Animint

  Anime & manga

 
 

Nejimaki Seirei Senki - Tenkyô no Alderamin

Nejimaki Seirei Senki - Tenkyô no Alderamin
 

Connectez-vous pour noter ou commenter cette entrée et bénéficier de recommandations personnalisées!

Fiche technique

Autres titres ねじ巻き精霊戦記 天鏡のアルデラミン (japonais)
Alderamin on the Sky (anglais)
FormatSérie
StudioMadhouse
GenreMagie / Romance / Guerre / Drame
Période2016
Épisodes13
Durée25 min
Interêt global   aidecoeur1.gif
StaffAuteur : Bokuto Uno
Réalisation : Tetsuo Ichimura
Scénario : Shogo Yasukawa
Character design : Kunio Katsuki
Direction artistique : Takeshi Waki
Musique : Keiji Inai
Character design original : Sanbas

Résumé

Ikuta Solork accompagne Yatorishino "Yatori" Igsem, son amie mais aussi fille de dignitaire de l'empire, pour passer la suite d'un examen militaire pour devenir officier. Le jeune homme n'a aucune envie d'embrasser soldat mais Yatori lui a fait miroiter l'accès un poste de bibliothécaire national et lui-même s'est donné plus ou moins pour but d'affranchir sa jeune amie de ses obligation ancestrales  dans un pays décadent. Ils font la traversée en bateau avec d'autres candidats dont Torway Remeon, issu d'une autre grande famille qui gravite près du pouvoir impérial.

Leur navire essuie une grosse tempête qui oblige le groupe à s'enfuir dans un canot de sauvetage en compagnie d'une autre jeune passagère qui manque de se noyer. Ils rejoignent la terre ferme mais se retrouvent dans une région tenue par les troupes de la république de Kioka en guerre contre l'empire Katvarna.

Un dilemme se pose à eux : La solution de facilité serait de se rendre mais rien ne garantie qu'ils aient la vie sauve pour autant. D'un autre côté la frontière pour rejoindre les forces impériales semble très bien gardée. Pour l'heure, bien cachés dans une grotte et sans problème de vivre ou d'eau abondantes dans les alentours, les jeunes gens se donnent du temps pour réfléchir. Cependant, les événements s'accélèrent quand une patrouille de soldats s'aventure près de leur abris.

Autres ressources sur Animint

Popularité parmi les membres d'Animint
1 personne l'a vu

Commentaire

Tenkyô no Alderamin est à l'origine un roman jeunesse qui comporte aujourd'hui 10 tomes et dont les 3 premiers sont adaptés dans cette première série télévisée. L'anime ne s'attarde pas sur les enjeux géopolitique et à l’exception d'une remarque de Yatori au début du premier épisode, nous ignorons tout de la rivalité entre les Igsem et les Remeon, Torway étant un excellent compagnon d'arme et ami, et considéré comme tel tout au long de la série.

Le côté exotique de l'univers provient des petits esprits magique qui maîtrise un élément, accompagnent chacun un maître et leur apportent leur aide et leur soutien. Il s'agit d'un concept important au sein de l'empire, voir quasiment religieux comme nous pouvons le découvrir lors des épisodes avec la tribu Shinaak.

Un vent de modernité bouleverse les arts de la guerre : La république de Kioka utilise des ballons pour reconnaître les champs de bataille et chaque camp a hérité de nouveaux fusils à longue portée. Face à eux les techniques à l'arme blanche sont vouées à disparaître mais c'est par exemple toute la légende de la famille Igsem qui s'appuie encore dessus. Grâce à un privilège impérial, Yatori a le droit de porter deux sabres et perpétue la renommée de son clan, en acceptant les challenges et en prenant le dessus sur tous ses adversaires, sans essuyer aucune défaite.

De son côté, Ikuta est partisan du moindre effort et est faussement détaché des affaires sérieuses de son monde. Pendant ses études, il a enchaîné les aventures avec des femmes plus âgées et n'a aucun esprit patriotique. C'est pourtant un esprit supérieurement intelligent mais sans doute né à la mauvaise époque dans le mauvais pays. Son approche scientifique et sa connaissance des autres cultures pourraient même passer pour hérétique, et il a su plus ou moins s'accommoder de la bêtise ambiante que peuvent avoir certains hauts placés ou autres.

Que ce soit par exercice ou en application réelle, Ikuta se révèle être un fin stratège dans la limite des unités dont il est en charge et la narration commente ses actions comme les premiers exploits d'un futur grand général qui aurait marqué l'histoire de l'empire, ce qui ne correspond plus tout à fait à l'image de jeune homme insouciant. La série peut vous intéresser par cet aspect de manœuvres militaires et de jeu d'échec à distance, tel que vous pouvez le voir dans d'autres récits de la saga spatiale Ginga Eiyû Densetsu ou les grandes batailles entre les royaume chinois de Kingdom.

À cela s'ajoute une atmosphère assez sombre. Le côté sournois est que rien ne le laisse pressentir. Il ne s'agit du monde apocalyptique de Berserk ni de la vengeance annoncée dans 91 Days. Ikuta, Yatori et leurs compagnons débutent par un vpériple qui se complique juste un peu. Nous pouvons être surpris par l'expérience de combat de simples cadets et la poignée de morts dès la première escarmouche mais cela ne surprend pas outre mesure dans un contexte de guerre. La pression retombe lorsque s'enchaîne les épisodes à l'académie militaire, où les méchants idiots de service servent de faire valoir aux héros, même si, encore une fois, un incident plus sérieux s'introduit mais sans bouleverser l'ambiance.

Quelque part, les débuts d'Ikuta ressemblent au parcours de Tatsuya Shiba dans Mahôka Kôkô no Rettôsei, où le magicien prodige marche littéralement sur l'eau et bat à plate couture tous ses adversaires quand il ne massacre pas les assassins ou autre criminels. En maintenant ce cap pendant 26 épisodes, l'histoire de Mahôka en devient un peu risible et c'est donc l'impression que peut dégager Ikuta au commencement dans Tenkyô no Alderamin, mais celle-ci disparaît brusquement.

Son approche intelligente et optimale pour conserver l'intégralité de ses soldats et camarades montre ses limites et le scénario se montre implacable en abandonnant des personnages attachants pour appuyer la mesure de cet échec. En revanche, nous pouvons ensuite faire le reproche d'en faire trop, notamment pour ses sacrifices à répétition pour rallier un ancien ennemi. La mesure est extrême alors qu'il avait d'autres options à sa disposition au moins à tenter avant, et non pas après coup.

Au delà des batailles et de son cortège de morts – homme ou femmes, car c'est d'ailleurs la singularité de cet univers où les femmes sont aussi bien soldats que les hommes -, le côté sombre est alimentée par la mise en place des tensions qui annoncent la suite pour ceux qui connaissent les romans, notamment la relation entre Ikuta et Yatori.

Il n'y a pas de romance officielle mais leur relation est fusionnelle avec Ikuta qui est capable d'arrêter la folie meurtrière de Yatori passée dans un état en transe pour terrasser ses ennemis, ou bien Yatori qui agit avec ses troupes au sein de la cohue pour provoquer un mouvement tactique d'Ikuta et de son escadron, sans communiquer explicitement avec lui.

Cependant, Yatori est une figure de l'empire, symbole avec sa famille du dernier rempart pour protéger le régime et prête à tout dans son but. Après une bataille sanglante, les pertes passent mal suite aux décisions des jeunes officiers qui ont sacrifié leurs troupes pour en sauver d'autres, Yatori réaffirme le caractère absolu d'un ordre et se dite notamment prête à tuer Ikuta si on le lui ordonne.

À la fin de la série, la situation est plutôt très mal partie, avec cet empire dont la civilisation est en décrépitude tandis que la république de Kioka représente visiblement l'avenir. L'anti-héros Ikuta se voit assigner le rôle du méchant au sein du mauvais camp et il se trouvera forcément un jour ou l'autre en porte-à-faux avec Yatori. Le seul rayon de soleil est qu'il place Yatori en tête de ses priorités, au delà de ce qui peut arriver à un pays et toute sa population. Il reste à savoir si la suite des romans seront également adaptés, au moins jusqu'au bout du 8e tome qui conclut l'histoire principale.

Avis des membres d'Animint

Appréciation Générale : 3,0
Animation : 0,0
Graphisme : 0,0
Personnages : 0,0
Histoire : 0,0
Bande son : 0,0

Entrez vos notes

Nombre de votes : 1

↑ Haut de page