Animint

  Anime & manga

 
 
“Animint traite des dessins animés japonais et du manga. Outre ce blog, le site comporte plusieurs milliers de pages de texte illustré.”

Compte rendu du concert Dragon Ball Symphonic Adventure

Par le :: Musique

paris , dragon_ball , 2017

Ce n'est pas mon première concert de musiques d'anime en France. Cela a commencé en 2011 avec le concert au Zénith de Paris de Joe Hisaishi, le compositeur des musiques des film du Studio Ghibli. En 2012, j'ai assisté au concert Melodies in the Mist consacré aux compositions de Michiru Ôshima, puis au One Piece Music Symphony en 2014, déjà au Grand Rex avec le compositeur Kohei Tanaka, ensuite au concert de musiques Saint Seiya, le Pegasus Symphony en octobre de la même année avec le chanteur Nobuo Yamada entre autres, toujours au Grand Rex et enfin à la 2e session de Pegasus Symphony qui a eu lieu avec la chanteuse Kazuko Kawashima au Palais des Congrès, en 2016.

Dragon Ball Symphonic Adventure

Les concerts Dragon Ball Symphonic Adventure ont eu lieu le 6 mai 2017. Je dis les concerts parce qu'il y a eu deux séances, l'une l'après midi et l'autre en soirée. Je suis content d'avoir opté pour le concert de 16h car j'ai eu droit à un RER C coupé pour raison de travaux, ce qui a doublé mon temps de trajet habituel pour rejoindre et revenir Paris, sans oublié la pluie qui était de la partie. Cela aurait été pire en soirée. Je n'ai pas regardé si cela avait commencé à l'heure mais cela s'est terminé après 19h.

La salle du Grand Rex, qui peut accueillir près de 3 000 personnes en comptant les différents étages, était bien pleine, même si elle n'était pas archi-comble au niveau des balcons du haut. En arrivant moins d'une heure avant le début du concert, je n'ai pas eu à attendre et ai rejoint l'étage supérieur rapidement. Comme au rez de chaussée, il y avait un stand de produits dérivés. Pour la décoration, quelques statuettes Dragon Ball Z de chez Tsume étaient exposées.

Je ne suis pas intéressé particulièrement par les produits Dragon Ball mais j'avais l'intention de prendre au moins un flyer programme, sauf qu'ils n'en avaient pas quand je suis passé au stand en haut. Pour les autres concerts, quand il y avait deux lieux de vente, il est assez naturel d'avoir plus choix à celui du haut qu'à celui du bas mais là, je cherchais le basique de chez basique. La vendeuse  a juste constaté comme moi qu'elle n'en avait pas.

Autre anecdote sur une organisation qui roule comme sur des roulettes : Dans la salle, il y avait des ouvreuses pour conduire les spectateurs à leur place et fluidifier leur arrivée. L'une d'entre elle a réussi à placer 3 personnes au mauvais rang. Évidemment quand une autre est arrivée pour installer un groupe de gens dont les places de chevauchaient, il y a eu un problème mais cette dernière ne s'est pas aperçu que si les numéros des personnes assises étaient bonnes, leur rang ne l'était pas. Elle commencé à demander au spectateurs pas encore assis de se mettre un rang derrière en demandant à d'autres de se décaler. Bref, c'était l'attitude parfaite pour rajouter du bazar au bazar. Heureusement, l'une des personnes concernées qui pressentait les ennuis à venir et qui n'avait pas envie de déménager 50 fois, a vérifié de son côté et l'erreur du rang a été détecté et tout le monde a pu retrouver sa place.

Je n'ai pas noté d'autres incidents. Quelques personnes sont arrivées en retard mais elles se sont installées pendant le tout premier morceau.

Le concert en lui-même était sur les musiques de Dragon Ball et Dragon Ball Z composées par Shunsuke Kikuchi. Ses thèmes ont été adaptés pour être joués par un concert et aussi compilés pour avoir des morceaux de longueur raisonnable. Je ne suis pas un grand fan de la licence. J'ai fini par suivre la série par à-coups à force de rediffusion et je n'ai jamais pris la peine de regarder le dernier épisode du combat contre Boo. Contrairement à Saint Seiya, les musiques ne m'ont pas particulièrement marqué et le seul album qui a retenu mon attention est le Miracle Zenkai Power, qui reprend un ensemble de chansons de Broadway et Hironobu Kageyama, en dehors du champ de ce concert.

J'y suis allé par curiosité, en connaissant tout de même quelques musiques et les génériques. Honnêtement, j'ai plus pensé à Dragon Ball Z qu'à Dragon Ball tout court quand je me suis décidé à assister au concert, mais ce dernier était bien structuré en deux parties pour couvrir les deux séries.

L'invité d'honneur était Hiroki Takahashi, qui a le plus connu des génériques de Dragon Ball, à savoir Makafushigi Adventure et aussi des chansons entendues dans la série telles que Dragon Ball Densetsu et Mezase Tenkaichi. C'était très plaisant de pouvoir les entendre en live et cela permettait de varier le programme. La présence du chanteur japonais a été ma principal motivation pour venir, quelque soit la bonne qualité de l'orchestre et des adaptations.

Pour la 2e partie consacré à Dragon Ball Z, Hiroki Takahashi a chanté les génériques Cha-La Head-Cha-La et We Gotta Power, en plus d'Unmei no Hi Tamashi vs Tamashi, autant de chansons interprété à l'origine par Hironobu Kageyama. Pendant ses prestations, notamment lors du concert JAM Project en novembre 2016,  Hironobu Kageyama avait beaucoup plus de présence mais le cadre ne se prêtait pas tellement pour mettre le feu. Le chanteur avait une place de soliste auprès du concert et était à l'étroit pour se déplacer sur la scène, et encore moins pour faire quelques acrobaties. Pourtant dès sa présentation, Hiroki Takahashi a montré qu'il était plutôt du genre tumultueux en prenant la pose Kamehameha.

Pour le rappel, il a rechanté Makafushigi Adventure et Cha-La Head-Cha-La, en se lâchant un peu plus mais si le public de connaisseurs dans le carré or a bien repris en coeur, les spectateurs au balcon étaient beaucoup plus sages – pour ne pas employer de terme péjoratif – avec quelques Cha-La Head-Cha-La entonnés timidement. C'était bien loin de l'ambiance du concert de Jam Project à la Cigale. Peut-être qu'un affichage des paroles karaoké sur l'écran aurait pu libérer un peu les gens. 

En effet, vous aviez un écran qui surplombait l'orchestre avec des extraits qui passaient en même temps qu'étaient joués les morceaux. Pour le premier Pegasus Symphony, je me souviens que nous voyons que les titres des passages interprétés et que pour One Piece, c'était un pot pourri de passages.

Là, le montage était un résumé parfait des différents arcs de Dragon Ball et Dragon Ball Z. Le programme avait d'ailleurs une approche chronologique, avec l'apparition successives des principaux protagonistes, de la rencontre de Son Goku avec Bulma, à la création de Boo. Cela m'a donc permis de découvrir la fin en image du combat contre Boo.

Avoir cet excellent montage à l'écran était à la fois bien et pas bien. Je ne ferai pas comme les esprits chagrins dans la salle qui se sont offusqués gentiment pendant l'entracte de voir Tortue Génial en train de reluquer les filles en body sur sa télévision, alors qu'il y avait des enfants dans la salle. Mon bémol porte sur un autre point : Je ne suis pas un aficionado de Dragon Ball mais des musiques m'ont semblé redondantes et pendant plusieurs thèmes, j'ai fini par suivre les images pour suivre une histoire au lieu de me concentrer sur l'orchestre et la musique.

Dragon Ball

J'ai vraiment regretté quand la musique jouée prenait un rythme plus calme, presque mélodique, alors qu'au même instant l'écran présentait un moment clef qui faisait réagir le public par des exclamations. L'objectif n'était pas d'avoir un concert qui se jouait dans un silence religieux et l'enchaînement des vidéos le prouvait avec des passages où l'orchestre s'interrompait pour laisser une scène se jouer à l'écran. Je trouve que cela a conduit cependant à quelques couacs, où quand nous nous attendions à un public calmes, nous avions l'inverse.

Si j'étais un peu déçu des interprétations de Hiroki Takahashi sur les génériques de Dragon Ball Z, j'ai beaucoup aimé sa prestations sur Unmei no Hi Tamashi vs Tamashi mais j'ai trouvé que la réaction de la salle qui suivait les scènes à l'écran, était en porte-à-faux avec l'ambiance de ce qu'il chantait. Je me demande s'il n'aurait pas été mieux de faire une pause dans les visuels du dessin animé et de filmer l'orchestre pendant les chansons, histoire d'inviter les gens à rediriger leur attention sur les musiciens et le chanteur.

Pour finir, voici les titres des morceaux joués, qui vous indiqueront plus la période abordée du récit que les musiques proprement dites

Acte 1 – Dragon Ball

  • Introduction avec un concert de Taiko
  • Makafushigi Adventure
  • Son Goku et ses nouveaux amis
  • Pilaf et l'apparition de Shenron
  • Le dur entraînement de Tortue Géniale 1
  • Le dur entraînement de Tortue Géniale 2
  • Mezase Tenkaichi
  • L'armée du Ruban Rouge
  • Le combat contre le Ruban Rouge
  • Le terrifiant démon Piccolo
  • La naissance de Piccolo Junior
  • Le miracle des Dragon Ball
  • Dragon Ball Densetsu

Acte 2 – Dragon Ball Z

  • Cha-La Head-Cha-La
  • Les Saïyens arrivent !
  • Freezer
  • Cell
  • Unmei no Hi Tamashi vs Tamashi
  • We Gotta Power
  • Boo
  • Fuuuuuu-sion !
  • Les terribles transformations de Boo !
  • Au revoir, guerriers

Dragon Ball Symphonic Adventure

Discuter de ce billet sur le forum - - Laisser un commentaire »

Cet article vous a plu?

Faites-le connaître ou votez pour cet article sur les sites suivants :

  • anime manga aggregator sama
  • Partager sur del.li.cious
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Google

Ajoutez votre commentaire:

Merci de bien vouloir soigner votre orthographe et de proscrire le style SMS.


Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

 

↑ Haut de page